Les actionnaires se sont partagé 56 milliards d'euros en 2014, en hausse de 30%.

Les milliards coulent à flot, alors qu'il parait qu'il n'y aurait plus d'argent ???

"Il n'y a plus d'argent", c'est ce que les patrons prétendent et assènent dans les NAO, pour ne pas accorder d'augmentations de salaires à leurs salariés. C'est ce que prétend l'État, pour bloquer les salaires de ses salariés (les fonctionnaires) depuis 2010, et pour geler les pensions des retraités.

Or il s'avère que les sommes versées par les conseils d'administration des entreprises du CAC 40 à leurs actionnaires, sous forme de dividendes et de rachats d'actions, ont grimpé de 30% l'an dernier à 56 milliards d'euros. Cela fait la "Une" des quotidiens, des radios et des télévisions ce matin !

Ce total égalerait presque le record atteint en 2007 par les grands groupes français cotés en Bourse, juste avant la crise financière qui avait éclaté l'année suivante.

La somme est tellement astronomique que les chiens de garde des riches montent au créneau pour la justifier. Le Figaro anticipe même sur une possible relance de la "polémique sur la propension des grands groupes français à récompenser leurs actionnaires plutôt qu'à embaucher et à investir, alors que le gouvernement a pris des mesures importantes en leur faveur avec le CICE puis le pacte de responsabilité". A l'évidence le CICE ne sert qu'à enrichir les plus riches, et pas à relancer l'emploi.

Car ce total faramineux aurait été gonflé par deux énormes opérations qui seraient prétendument exceptionnel : la sortie partielle de Nestlé du capital de L'Oréal, qui a vu celui-ci racheter pour environ 6 milliards d'euros de ses propres actions à Nestlé, et une distribution d'actions Hermès par LVMH à ses actionnaires. Mais c'est tous les gens que ce genre de "passe-passe" a lieu entre grands groupes. Cela n'a rien d'exceptionnel.

Et même si c'était vrai, sortis de ces opérations, les rachats d'actions de l'an dernier les dividendes grimperaient tout de même de 5,5%, soit près de 4% de plus que le livret A, alors que les salaires stagnent, que ceux des fonctionnaires baissent, ainsi que les pensions de retraités ! A l'évidence la politique gouvernementale s'apparente à un siphonage des ressources du pays au profit d'une minorité de privilégiés: les plus riches.

Trop c'est trop ! L'austérité ça suffit ! Avec la CGT, préparons ensemble une grande et large journée d'action pour le début du printemps.

Retour à l'accueil