Mardi 17 février 2015: Journée d'action pour l'emploi en Seine-Maritime

Au lieu d’attribuer 50 milliards d’euros de cadeaux au patronat dans le cadre du pacte de responsabilité, et de gaver les actionnaires, ne serait-il pas plus utile d’investir dans la relance de l'activité économique, dans des travaux d'infrastructures et de réseaux (Chemins de fer, routes, fibre optique, etc.), dans le logement, dans la formation et la recherche scientifique, dans la santé, etc. ?  C'est que que pense la CGT !

En 2014, les actionnaires se sont partagés 56 milliards d'euros, chiffre en hausse de 30% par rapport à l'année 2013, pendant que l'investissement a stagné, que la masse salariale a baissé, et que le nombre de chômeurs a continué de croître. C'est un vrai scandale !

Pour la CGT les priorités sont de:

  • > Investir dans l'amélioration des outils de production.
  • > Augmenter des salaires et les pensions, qui tirent l'activité économique par le biais de la consommation (aujourd'hui les salaires baissent et l'activité économique stagne).
  • > Lutter contre le système du "travailleur déaché", qui crée une concurrence défavorable et déloyale aux salariés relevant de Convention collectives françaises, et Code du travail français: Pour la CGT, tout travail effectué en France doit être encadré par les règles françaises en matière de salaire, de protection social, et de droits sociaux.

A l'évidence, ce n'est ni l’accord ANI de 2013 (Qui devait "favoriser l’emploi"), ni le CICE (Crédit d'impôt Compétitivité Emploi, qui est allé directement dans les poches des actionnaires), ni le Pacte de responsabilité (Qui casse le système de protection sociale solidaire), ni le projet de loi Macron (Qui détruit la protection juridique des salariés) qui sont en mesure de relancer l'emploi, et améliorer la situation économique. Ces dispositifs sont mis en place pour faire tout le contraire: exploiter plus les salariés, et enrichir les plus riches !

Devant la gravité de la situation, de la casse de l’emploi dans l’industrie et, exemple récent, le secteur papetier en Seine-Maritime, mais aussi la situation dégradée des services publics (exemple le manque de lits dans les hôpitaux, les urgences surchargées, etc.), la seule solution devant l’inertie de spouvoirs publics reste la mobilisation des salariés.

Dernièrement des millions de personnes ont manifesté dans toute la France pour le droit d’expression et la liberté de la presse. Le droit au travail, la liberté de permettre à chaque citoyen de vivre et de travailler sont une exigence que nous devons tous exprimer.

C’est pour cela que, en Seine-maritime, la CGT vous appelle à vous mobiliser dans toutes les entreprises et les services, à décider d'arrêts de travail, et à manifester tous ensemble:

Mardi 17 février à 14 h 30 Cours Clémenceau à Rouen

Dans le cadre de cette journée, la CGT appelle les salariés à établir partout leurs revendications avec leurs syndicats et sections syndicales, leurs délégués du personnel (DP), leurs élus dans les CHSCT et dans les CE, et à les porter auprès des directions de leurs entreprises,

  • > pour stopper la casse de l’emploi et réclamer des embauches, notamment de jeunes.
  • > pour l'augmentation des salaires,
  • > pour l'amélioration des conditions de travail
  • > pour une nouvelle réduction du temps de travail sans perte de salaire.

Les richesses du travail produites par les salariés doivent servir à nos revendications et participer à investir pour l’emploi.

Retour à l'accueil