Saint-Valéry-en-Caux: grève chez CMS

Les salariés en grève de CMS, entreprise de maintenance génie civil de sites industriels et nucléaires, leader français du désamiantage, basée à Saint-Valéry-en-Caux (Seine-Maritime), alertent sur la situation délicate dans laquelle leur société se trouve actuellement.

Le vendredi 20 février, les élus CGT de l'entreprise ont rencontré les salariés avec l'assistance de la Fédération de la Construction CGT. A l'issue de cette assemblée générale, le personnel a pris la décision de débrayer hier lundi à partir de 14h00.

Le syndicat CGT annonce une rencontre de tous les représentants syndicaux, ainsi que les élus de chaque entités, pour le 26 février 2015, afin de mettre en place une intersyndicale, et désigner les rReprésentants qui négocieront avec la direction de CMS future NEOM.

Saint-Valéry-en-Caux: grève chez CMS

Communiqué de la section CGT de CMS  (syndicat CGT de la Construction) 

lundi 23 février 2015.

Les Salariés en grève de CMS basée à Saint-Valéry-en-Caux tiennent à alerter les médias sur la situation délicate où leur société se trouve actuellement.

En effet, leur direction a décidé de réorganiser la société CMS, qui appartient à la Branche Vinci Construction France, en l'absorbant dans une société dénommée ARENE et basée en Région parisienne, elle-même absorbant DELAIR CFD basée près de Bordeaux, toutes 2 appartenant également à Vinci Construction.

La société qui engloberait les 3 sociétés se dénommerait NEOM. En les fusionnant, elle veut selon elle créer un socle commun qui permettrait de mettre en synergie et en réseau ces 3 sociétés qui sont déjà regroupées dans des métiers identiques.

ARENE étant la moins bien loti sur le plan social, les salariés de ces 3 sociétés ont tout à perdre, CMS étant elle la plus grande perdante de ce plan.

Aujourd'hui, CMS détient les Instances les plus représentatives des 3 entités : 279 salariés contre 92 pour ARENE et 52 pour DELAIR CFD.

Afin de protéger les intérêts des salariés inquiets de cette absorption, les Élus ont nommé le cabinet d'expert-comptable APEX pour un droit d'alerte du CE. Ils ont également nommés le cabinet d'avocat Bazzanella Carole pour les épauler dans leurs démarches.

De plus, les Élus demande également, en CHSCT, une expertise sur l'existence de risque grave, tel que prévu par l'article L 4614-12 du Code du Travail.

Le vendredi 20 février, les Élus CGT ont rencontré leurs collègues avec l'assistance de la Fédération de la Construction CGT. A l'issue de cette AG, ils ont pris la décision d'organiser des débrayages aujourd'hui à partir de 14h00.

Actuellement, un débrayage est en cours depuis 14h00 devant l'Hôtel Lutétia boulevard Raspail à Paris. Les médias ont été prévenus.

Le jeudi 26 février, les Élus souhaitent organiser une rencontre avec les Représentants syndicaux ainsi que les Élus de chaque entités, afin d'élaborer les meilleures stratégies à mettre en place en intersyndicale et désigner les Représentants qui négocieront avec la direction de CMS future NEOM.

  • DE CARVALHO Manuel, Délégué Syndical CGT – DP de CMS,
  • DELARUE Dominique, Secrétaire Général départemental CGT de l'USCBA76.

Union  Syndicale CGT de la Construction, du Bois et de l'Ameublement, 26, avenue Jean Rondeaux, 76108, Rouen Cedex ;Tél : 02 35 58 88 37 ; Fax : 02 35 58 82 91; Mél: construction@cgt76.fr

Retour à l'accueil