Cotisations patronales : des petits patrons manifestent contre les salaires !

Les Informations-dieppoises font leur "Une" sur un groupe de petits patrons, prétendument artisans, qui disent vouloir aller manifester lundi 9 mars 2015 à Paris contre les salaires.

Oui ces petits patrons vont manifester contre les salaires !

La preuve: ils dénoncent, en page 3, le fait que "le salarié français "coûte" 42€ de l'heure à l'entreprise, un polonais 14 euros, un Roumain 9 euros", (heureusement qu'ils n'ont pas parlé des Ukrainiens !) et ajoutent: "comment voulez-vous que l'on ne soit pas tenté par de la main-d'oeuvre étrangère".

Mais aujourd'hui, ne pas payer un travailleur qui travaille en France au tarif français est un délit ! En France, le SMIC s'applique à tous. Mais il est vrai que, profitant de l'affaiblissement de l'État, marqué par la réduction massive du nombre d'inspecteurs du travail fonctionnaires, et de policiers (fonctionnaires aussi !) des patrons contournent la loi française en faisant appel à des entreprises soutraitantes polonaises ou roumaines, qui font venir des travailleurs payés à des tarifs indécents. Mais depuis quand la cupidité et le vol sont-elles des vertu républicaine ?

Ces petits patrons vont aussi manifester contre la Sécurité Sociale !

Les mêmes disent Haro contre les cotisations dites "patronales" qui sont surtout une part du salaire des salariés, celle qui permet de financer la Sécurité sociale, c'est à dire de rembourser la maladie, payer les pensions des retraités, et financer les allocations familiales.

Et, sans vergogne, ces petits patrons, mis en avant par le journal, trouvent scandaleux que l'Urssaf leur demande de payer leur dettes ! Or, ce qui serait un véritable scandale c'est que l'Urssaf ne le fasse pas ! Car, ne l'oublions pas, des cotisations ont été prélevées sur les salaires, et ne pas les reverser c'est tout simplement du vol !

Un oubli de taille, par ces petits patrons : le bénéfice du CICE !

Car ces petits patrons, comme les gros, bénéficient du CICE (Crédit d'Impôt Compétitivité Emploi). Ils l'ont touché ! ils vont le toucher encore ! Mais, comme dit le proverbe "morceau avalé n'a plus de goût" !

Voté fin 2012, CICE est un crédit d'impôt reversé à chaque entreprise, équivalent à 6 % de la masse salariale jusqu’à 2,5 Smic en 2015, pour un coût total de 20 milliards d’euros, payés par nous, l'ensemble des contribuable, c'est à dire majoritairement par la TVA.

De plus, l'année 2015 va être marquée par une baisse massive des cotisations patronales (qu'ils appellent "Charges patronales"):

  • Baisse du taux de la cotisation d’allocation familiale entre 1 et 1,6 SMIC.
  • Renforcement des allègements généraux : augmentation du coefficient maximal d’exonération.
  • Renforcement des allègements généraux : suppression du coefficient minoré pour les entreprises de plus de 20 salariés.
  • Exonération des cotisations d’allocations familiales des travailleurs indépendants.
  • Baisse de la C3S.

Cette petite gâterie va nous coûter plus de 6,4 milliards d'euros, payés par nos impôts, principalement la TVA; "excusez du peu" !

C'est tout de même fort de café: tout ce que ces patrons touchent de l'État ils l'oublient !

Les patrons c'est comme les oies: plus ils sont gavés et plus ils ont faim !

Par contre tout versement de salaire est assimilé à une torture !

Rappelons au passage, que le salaire c'est ce qui fait la différence entre un salarié et un esclave ! "Tout travail mérite salaire", et le salaire est un dû !

Derrière le slogan "sauvons les entreprises" se cache, en réalité, la revendication d'un "toujours plus" pour les patrons, et du "toujours moins" pour les salariés. Car chaque exonération de cotisation du coté patronal se traduit automatiquement et à chaque fois par la baisse du pouvoir d'achat des salariés et des retraités.

Depuis 30 ans, les cotisations patronales ne cessent de baisser, et cela ne sert à rien. Mais, en conséquence le pouvoir d'achat des salariés et des retraités baisse, car la Sécurité sociale rembourse de moins en moins, ce qui provoque la hausse des cotisations des mutuelles et complémentaires santé.

Pire: aujourd'hui les pensions des retaitées sont bloquées ! Merci qui ?

Ce dont tous les artisans et les commerçant ont besoin, c'est de consommateurs, et de carnet de commande mieux remplis ! C'est l'austérité qui les fait crever !

Or, comme aujourd'hui plus de 92% de la population active est salariée, lui réduire ne permanence son pouvoir d'achat, c'est restreindre les débouchés, notamment pour le commerce et l'arisanat. Car ce sont ils souffrent, en réalité, ce n'est pas de trops lourdes cotisations patronales, et de trops gros salaires, mais , au contraire, de carnets de commande trop réduits.

Vouloir donc, comme le revendiquent ces petits patrons, réduire encore les cotisations patronales, c'est scier la branche sur laquelle ils sont assis.

Salariés et retraités, le 17 mars et le 9 avril barrons la route aux fauteurs de misère: manifestons, au contraire, pour réclamer des augmentations de salaires et de pensions !

Cotisations patronales : des petits patrons manifestent contre les salaires !
Retour à l'accueil