Hopitaux: coupes budgétaires et réductions d'effectifs massives en ligne de mire du gouvernement !

Les salariés sont la cible des coupes budgétaires annoncées pour les prochains budgets des hôpitaux jusqu'à, au moins celui de 2017 : quelque trois milliards d'euros d'économies sont prévues, dont 860 millions issus de la "maîtrise de la masse salariale", ce qui se traduirait par la suppression de 22.000 postes.

Le ministère de la Santé ne communique pas vraiment sur le sujet, évoquant "non pas une réduction des dépenses mais une évolution maîtrisée de l'augmentation des dépenses" mais le magazine "Challenges", qui a publié l'information, a pu consulter le document interne qui détaille cette "évolution maîtrisée".

Trois milliards sur trois ans, ce n'est pas rien !

Dans le détail, sur 3 milliards d’économies, 1,2 milliard d'euros devrait être économisé grâce à une mutualisation des achats des hôpitaux et une obtention de meilleurs tarifs auprès des fournisseurs. Une baisse de prix des médicaments pourrait, par ailleurs, permettre de dégager 350 millions d'euros. On trouve aussi dans ce document le développement de la chirurgie ambulatoire, c'est-à-dire sans nuit passée à l'hôpital, pour une économie de 400 millions, ou la réduction des durées d'hospitalisation pour 600 millions d'euros.

Comme sous Sarkozy c’est la poursuite systématique du non-remplacement des départs à la retraite !

Abandonnant définitivement la lutte contre le chômage et la priorité aux jeunes, le gouvernement poursuit son offensive contre l’emploi hospitalier, sous prétexte de "maîtrise de la masse salariale". L'économie annoncée de 860 millions d'euros représente la suppression de 22.000 postes. Même si cette réduction de la masse salariale — puisque c'est ainsi que ça s'appelle — ne se ferait pas par des licenciements, il s'agirait essentiellement de non-remplacements des départs à la retraite. Mais n'oublions pourtant pas qu'au passage, des vacataires, intérimaires, et autres précaires, pourront, eux, se voir remerciés.

Les effets désastreux de la loi "santé"

C'est pour opérer cela que Touraine a élaboré la loi santé, qui prévoit des suppressions de lits sous prétexte de développer l'ambulatoire, et des rapprochements obligatoires entre hôpitaux voisins dans le but de faire des économies d’échelle et des mutualisations. Ces mutualisations permettraient d'économiser 450 millions d'euros. Mais cela se traduirait par le partage de compétences entre ces hôpitaux voisin, ce qui mettra sur la route de nombreux professionnels.

Enfin le Ministre des finances Michel Sapin vient d'annoncer le 15 avril lors d'une conférence de presse 9 milliards supplémentaires de coupes pour répondre aux demande de l'Union européenne, dont 1 milliards de nouvelles coupes contre la santé et les hôpitaux.

Retour à l'accueil