Ils veulent détruire La Poste !

Communiqué de la CGT FAPT, Montreuil, le 9 Avril 2015

Le gouvernement et les dirigeants du groupe La Poste entendent s’attaquer à toutes les missions de service public exigées par la loi.

Ils refusent d’entendre l’expression des besoins des particuliers et des entreprises ainsi que les revendications des personnels alors qu’il y a nécessité de les renforcer.

Aujourd’hui, La Poste entend mettre une croix sur l’ensemble des activités, cœur de métiers de La Poste pour rendre des services aux populations.

Les valeurs des services publics n’ont plus grâce aux yeux des dirigeants de La Poste et dugouvernement. La distribution du courrier et son acheminement en J + 1 est remis en cause au profit d’un objectif allant à 4 ou 5 services rendus par les facteurs par semaine.

C’est la destruction programmée de milliers de bureaux de poste en les vidant de leurs activités pour en faire des points Poste en supermarché ou en maison de services au public.

C’est aussi la disparition physique de bâtiments avec de nombreux services indispensables au bon fonctionnement.

Un seul objectif guide ce gouvernement et les dirigeants de La Poste : réaliser le profit le plus élevé à court terme.

Aucune ambition, aucune perspective n’est annoncée pour développer La Poste à partir de ses activités diverses. Aucune réponse durable aux besoins des usagers et des élus.

Aujourd’hui, dirigeants et gouvernement décident de concert en dehors de toute démocratie, de «bâcler» La Poste. Ils souffrent d’amnésie ! Ils ont oublié les millions de français qui au travers de la votation citoyenne ont exigé plus de service public postal de proximité, pourtant certains avant d’être aux affaires ont juré leur attachement, leur volonté à entendre les revendications des usagers et des postiers.

Pour la CGT :

  • > Assurer un avenir à La Poste et aux postiers, développer le service public est indispensable pour l’économie en décidant d’une politique ambitieuse de présence publique postale et ainsi contribuer efficacement à l’aménagement du territoire pour revenir à une qualité de service public optimale répondant à tous les besoins en intégrant toutes les filiales et leurs personnels à La Poste.
  • > La présence des services publics favorise l’implantation industrielle.
  • > Il faut faire vivre la démocratie dans les CDPPT (Commission départementale de présence postale territoriale) avec les organisations syndicales et les citoyens, en faisant un état des lieux de l’emploi, et remplacer tous les départs en revalorisant très significativement tous les salaire,s et améliorer durablement les conditions de travail,en permettant à chaque postier d’exercer son rôle social en territoire urbain ou rural, sans coût pour l’usager.
  • > La distribution 6 jour sur 7 en J + 1, l’accessibilité bancaire et la distribution de la presse, en garantissant l’unicité et la complémentarité des activités s'imposent.

La voie mise en œuvre par les dirigeants de La Poste et le gouvernement nous mène au mur, tous les pays européens qui s’y sont engagées n’ont aujourd’hui que des "ersatzs" de Poste ou sont au bord de la disparition comme entreprise nationale de service public.

Les différentes luttes des postiers, des collectifs de défense des services publics, des usagers, par leur nombre et leur durée exigent d’autres choix immédiats et pour l’avenir.

Il ne suffit pas de continuer une mauvaise politique, une mauvaise gestion mais d’avoir le courage d’affirmer d’autres choix politiques, économiques, sociaux, pour le service public postal.

La CGT FAPT appelle les postiers et les citoyens à lutter sous toutes les formes pour une Poste capable de relever tous les défis en renforçant toutes les valeurs de service public, source de développement pour tous et pour le pays.

Retour à l'accueil