Salaire et pensions: l'urgence de les augmenter ! Pour l'emploi et l'activité économique !

Les "Gouroux de l'Économie" nous annoncent périodiquement l'arrivée "imminente" de la reprise. Mais tous les mois on constate qu'elle n'est pas au rendez-vous, et que le chômage continue d'augmenter.

Lorsqu'on fait des recherches sur Internet, on découvre qu'elle aurait dû arriver en 2010, 2011, 2012, 2013, 2014.

La dernière "blague en vogue" c'est qu'elle arriverait en fin 2015, mais qu'elle serait moins "moins riche en emplois" que "prévu".

Parallèlement à cette blague du retour de la croissance, on nous fait périodiquement le coup de "l'inversion de la courbe du chômage", celui du "départ en retraite en masse des babyboomers" qui libérerait des emplois en masse — alors qu'on a cassé leurs perspectives de départ en retraite à 60 ans, et reculé l'âge de départ au minimum à 62 ans—, et, parallèlement on nous fait régulièrement "le coup de l'apprentissage" qui serait la recette miracle pour relancer l'emploi — en fait tout le monde sait que les grands groupes utilisent l'apprentissage pour supprimer les emplois stables —, etc.

En réalité, comme plus de 90% de la population active est salariée, tout le monde sait que la question des salaires est au cœur de la question de la reprise !

Car si l'on ajoute les retraités, avec leur pouvoir d'achat en baisse régulière, et les chômeurs, dont les revenus baissent lorsqu'ils perdent leur emploi, on voit bien que l'incontournable, pour retouver de la la croissance, c'est de redonner des capacités de consommer à la population, massivement salariée, chomeuse, ou retraitée.

Car, c'est la consommation qui tire — ou freine — la croissance.

Aujourd'hui "on tue le salaire" comme autrefois on tuait "la poule aux œufs d'or"

Cela fait une trentaine d'années que cette cupide pensée unique patronale qu’ils appellent le "coût du travail" qu'il veulent réduire par tous les moyens, et que les gouvernements européens mettent tout en œuvre pour y parvenir, est au cœur du problème !

Car nos salaires directs ou nos salaires socialisés — c’est à dire le financement de nos systèmes solidaires de protection sociale — sont le moteur de l'activité économique du 21e siècle !

  • C'est la contraction de la masse salariale qui bloque la croissance et accroit le chômage !
  • C'est la guerre aux salaires, aux USA, qui a été à l'origine de la fameuse "crise des subprimes", conduisant au krach boursier de 2008, et, depuis, à l'explosion des dettes publiques provoquée pour boucher le trou fabriqué par les banquiers !
  • C'est elle qui bloque la croissance !

C'est cela qu'il faut changer d'urgence !

Tous sur le pont pour les salaires

La CGT lance une semaine d’initiatives multiformes sur les salaires dans les entreprises du 18 au 22 mai afin de permettre aux salariés d’exprimer leurs besoins et formuler leurs revendications, de se mobiliser pour obtenir de réelles négociations dans les branches, dans les entreprises et pour ce qui est des agents publics, dans les services publics et la fonction publique. Les militants de la CGT iront à la rencontre des salariés, des jeunes, des retraités et leur proposeront de signer une carte pétition (ou la pétition en ligne) pour notamment soutenir la proposition de la CGT d’une conférence sociale sur les salaires, convoquée par le gouvernement avant mi-juillet 2015 sur :

  • ✔ la revalorisation des salaires et pensions ;
  • ✔ l’égalité salariale femmes - hommes ;
  • ✔ la reconnaissance des qualifications.
Retour à l'accueil