Ville d'Eu: Grève le 25 juin 2015, avec rassemblement devant l'hôpital

« Hôpital en danger. Population sacrifiée ».

Le slogan est simple, les craintes réelles. Les militants CGT de l'hôpital de Eu lancent ce cri d'alarme, et appellent à la grève le jeudi 25 juin, de 13 h à 15 h, avec un rassemblement devant l’établissement de santé.

Les causes ? Elles sont nombreuses:

Parmi les revendications, en plus de la défense de l'établissement, dont les lits de médecine seront fermés pour l'été :

  • le retrait du pacte de responsabilité et du projet de loi santé.
  • L’abandon de toutes les mesures d’économies qui asphyxient les établissements et les services.
  • Le maintien de tous le spostes et l’embauche d’effectifs qualifiés en mesure de répondre aux besoins de la population avec des conditions de travail décentes.
  • Et l’augmentation générale des salaires ». Mais c’est surtout l’annonce de la fermeture de 18 lits de médecine pour la saison estivale qui inquiète.

Toujours pas d'engagement de réouverture des lits de médecines en septembre

Initialement il y avait l'appel national à l'action, intersyndical CGT, FO et Sud, prévu pour le 25 juin. Mais localement il n'y avait rien de particulièrement prévu ». Mais c’était avant d’apprendre, mercredi dernier, la fermeture des 18 lits à partir du 1er juillet pour l’été.

Un fait qui ne s’était jamais produit auparavant à l'hôpital. Officiellement, les lits seront fermés jusqu’au 20 septembre. Mais le syndicat CGT n’a pas reçu certitude que tous les lits seront rouverts après cette date.

Les militants CGT de l'hopital, appuyés par l'Union locale de la vallée de la Bresle, en appellent donc au soutien de la population et des élus locaux. « Si on ne se mobilise pas, il ne restera bientôt plus que l’EHPAD. On souhaite au moins que l’Agence Régionale de Santé (ARS) réagisse. On l’impression d’être sacrifiés », déclare le syndicat CGT, par la voix de sa secrétaire Sylvie Saint-Yves.

Déjà, cet été, les habitants et les touristes qui auraient besoin de se faire hospitaliser seraient obligés de le faire à Dieppe ou à Abbeville.

La CGT craint la fermeture définitive des lits, et appelle à la mobilisation.

Cette décision est la dé&clinaison locale des choix gouvernementaux, qui visent à faire réaliser 11 milliards d'euros d'économie au secteur hospitalier, dans le cadre du pacte malproprement appelé "Pacte de Responsabilité". 

Tous les établissements y seront contraints. Nationalement, le gouvernement veut supprimer 22 000 postes de la fonction hospitalière, et les petites structures seront les premières touchées.

S'ajoute à cela la volonté de regrouper les structures du nord de la Seine-Maritime dans une entité unique regroupant l'hôpital de Dieppe et celui de la ville d'Eu, avec les Opads. Concrêtement, les conséquences seraient teribles pour les habitants de la vallée, avec l'obligation de se faire hospitaliser à Dieppe ou à Abbeville, voire à Rouen ou à Amiens.

Habitants des trois villes soeurs, de la vallée de la Bresle et des communes limitrophes, venez soutenir votre hôpital !

Tous devant l'hôpital d'Eu, le 25 juin 2015, à 13h00 !

 

Retour à l'accueil