L’union départementale CGT a commencé à mobiliser ses militants

Ce vendredi 28 août, l'Union départementale CGT de Seine-Maritime tenait à Neuville-lès-Dieppe son Assemblée Générale de rentrée.

Après le mot de bienvenue de M. Sébastien Jumel, maire de Dieppe, Pascal Morel, le secrétaire général de l'UD, a présenté; devant 200 militants venant de toute la Seine-Maritime, un rapport d'introduction copieux, dans lequel il a fait un tour d'horizon, tant international que national, sur l'offensive patronal contre les acquis des salariés, et, en face sur la riposte à construire.

Il a notamment dénoncé la politique que la Troïka fait subir au peuple grec, en lui déniant le droit de choisir librement son destin. En Grèce, le PIB a baissé de 25% depuis 2009, le salaire minimum est passé de 680€ à 580€, la TVA a été portée à 23%, les conditions de départ à la retraite ont été durcies, etc.. Ce n'est pas à la Grèce mais c'est aux salariés Grec que l'on fait payer la dette. Mais, plus largement, c'est un message qui est envoyé à tous les salariés européens. Ce que l'on fait aux salariés, grecs, c'est que les capitalistes veulent faire subir aux salariés de l'Europe entière, à commencer par l'Espagne, l'Italie, et la France.

De même, il a dénoncé la situation faite aux hommes, aux femmes, et aux enfants qui fuient leur pays et tentent de traverser la méditerranée, et que l'on qualifie de "migrants". L'été a été marqué par des centaines de morts. C'est une honte pour l'Europe, et pour la France. Il s'est inquiété sur le danger que cela courir pour la paix en Europe.

L'austérité ça suffit !

La baisse du pouvoir d'achat en France conduit à la stagnation de l'économie, et à l'aggravation continue de la situation de l'emploi: faible croissance au 1e trimestre, stagnation au second. Le gouvernement gave de milliards d'euros le patronat, et celui-ci se contente de les transférer aux actionnaires; à par enrichir les plus riches, cela n'a aucun effet sur l'activité économique.

Il a critiqué l'avalanche de lois anti-sociales publiées cet été, et s'est inquiété de la multitudes de sujets parfois traités dans la même loi :

  • Loi sur le renseignement (10 juillet)
  • Loi macron (16 juillet)
  • Loi NOTRe (réforme territoriale) (17 juillet)
  • Loi de programmation militaire qui comporte des aspects inquiétants
  • Loi sur la transition énergétique (17 août)
  • Loi Rebsamen (17 août), qui réduit la représentation des salariés, et dégrade le dialogue social.

Ces lois remettent cause notre modèle social.

Pascal Morel a attiré l'attention sur les nombreux dossier chauds qui sont sur la table à la rentrée, comme la loi santé, la négociation Agirc-Arco, les annonces du sinistre Macron sur les 35 heures, etc. Il a insisté sur la nécessité d'être très vite sur le terrain, et d'expliquer aux salariés, les nouvelles menaces qui pèsent sur eux.

Urgent: Les 32 heures en 4 jours, sans perte de salaire !

Face à cela la CGT poursuite sa campagne contre le coût du capital, et son exigence d'une augmentation des salaires. La CGT réactive sa pétition nationale sur le sujet et appelle ses militants à se déployer dans les entreprises.

Le 23 septembre prochain, nous préparons une action de lutte contre la discrimination syndicale. De plus en plus de patrons menacent les salariés qui veulent se syndicaliser et pas seulement à la CGT. Or le droit d’être syndiqué dans une entreprise, c’est un droit inscrit dans la constitution. Il faut le respecter.

D'autre part la CGT lance une grande campagne pour les 32 heures en 4 jours. Il faut partager le travail sans baisser les salaires !

Toute cette actualité a donné lieu à un débat riche.

Il a fallu limiter les interventions à 4 minutes, pour que tout le monde puisse s'exprimer.

On notamment été abordés:

  • La réduction massives des dotations de l'État aux collectivités territoriales, qui font peser une grave menace sur l"emploi, tant au sein des administrations locales que dans les organismes et associations qui sont subventionnées par elles.
  • La fermeture de lits dans les hôpitaux.
  • La question des salaires et du pouvoir d'achat en baisse.
  • La nécessité de renforcer la CGT pour peser plus fortement.
  • Le mépris gouvernemental et patronal vis à vis du monde du travail, et la permanence du discours et la similitude des arguments patronaux, sur des dizaines d'années, voire des centaines d'années.
  • L'analyse des mobilisations du printemps dernier, et la necessité de se mobiliser plus, et de mettre plus de monde dans l'action.
  • La question des jeunes qui sont les plus exploités.
  • La nécessité de s'attacher à résoudre la question du "carreau cassé" dans l'entreprise, c'est à dire des premières revendications des salariés, pour donner confiance.
  • La campagne de carte pétition chez les retraités qui marche très fort, et va contribuer à la réussite du
  • La journée d'action sur les libertés, le 23 septembre.
  • La Grèce, et le mépris dont les salariés grecs sont la victime, alors qu'ils ne sont pour rien dans ce qui leur arrive.
  • Etc.

Prochains rendez-vous dans l'action

  • La rencontre avec les salariés dans chaque entreprise où la CGT est présentes pour discuter de leurs attentes, des revendications à poser, en présentant la pétition et en proposant l'adhésion à la CGT. C'est quand la CGT a été nombreuse en adhérents, que les conquêtes sociales ont été arrachées.
  • Le Meeting de rentrée le 9 septembre à Paris: l'UD organise deux transports en bus, l'un au départ de Rouen, l'autre au départ du au Havre (Nombre d eplaces limitées: pour participer, s'inscrire auprès de l'UD; particiaption aux frais demandée)
  • L'organisation de manifestations puissantes de retraités à la fin septembre, partout dans le département, pour exiger l'augmentation des pensions, et dénoncer la baisse des remboursements des médicaments, voire leur suppression pure et simple.
  • Une grande initiative pour la défense des libertés syndicales le 23 septembre.
  • La préparation de la journée d'action interprofessionnelle du 8 octobre à l'appel de la CGT, de la FSU, et de SUD !

A la CGT, le mot-d'ordre est:  Tout monde sur le pont !

L’union départementale CGT a commencé à mobiliser ses militants
L’union départementale CGT a commencé à mobiliser ses militants
L’union départementale CGT a commencé à mobiliser ses militants
L’union départementale CGT a commencé à mobiliser ses militants
L’union départementale CGT a commencé à mobiliser ses militants
L’union départementale CGT a commencé à mobiliser ses militants
L’union départementale CGT a commencé à mobiliser ses militants
L’union départementale CGT a commencé à mobiliser ses militants
L’union départementale CGT a commencé à mobiliser ses militants
L’union départementale CGT a commencé à mobiliser ses militants
L’union départementale CGT a commencé à mobiliser ses militants
L’union départementale CGT a commencé à mobiliser ses militants
L’union départementale CGT a commencé à mobiliser ses militants
L’union départementale CGT a commencé à mobiliser ses militants
L’union départementale CGT a commencé à mobiliser ses militants
L’union départementale CGT a commencé à mobiliser ses militants
L’union départementale CGT a commencé à mobiliser ses militants
L’union départementale CGT a commencé à mobiliser ses militants
L’union départementale CGT a commencé à mobiliser ses militants
Retour à l'accueil