Roland Bréard, ancien secrétaire de l'Union locale CGT de Dieppe

Roland Bréard est décédé le 20 juin dernier à Dieppe. Ce fut un grand militant syndical de notre Union locale CGT, militant de la métallurgie de notre région dieppoise et de la construction navale. Il était né à Dieppe, le 16 juillet 1926.

Gilles Pichavant signe une courte biographie dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier — Le Maitron —, dont voici l'essentiel.

"Entré comme ouvrier aux Chantiers de la Manche à Dieppe, entreprise de construction navale et de matériel de mines, Roland Bréard se syndiqua à la CGT. Il devint l’un des principaux militants du syndicat CGT des métaux de la région dieppoise, dont il fut secrétaire général à la fin des années 1950. Au cours des années 1950, il fut poursuivi pour avoir mené activement des grèves contre la guerre d’Indochine, puis pour la Paix en Algérie, avec Jean Debièvre*, André Feuilly*, et André Fouache*. Cela ne l’empêchera pas de devenir chef d’équipe, après 1968.

En 1960, membre de la commission exécutive de l’Union locale CGT de Dieppe, il en devint le secrétaire aux questions sociales, puis, en 1968, secrétaire chargé des délégués du personnel et des élus aux comités d’entreprises. Il était à l’époque secrétaire du Comité d’entreprise des Chantiers de la Manche.

En 1953, lors des élections municipale, il fut candidat en 11e position sur la liste du Parti communiste à Dieppe, conduite par Jean Mallet*. Ayant obtenu 1863 voix, il ne fut pas élu. En 1959, il fut de nouveau candidat, cette fois-ci en 6e position sur la liste conduite par Léon Rogé. Il fut élu conseiller municipal de Dieppe au 2e tour avec 3782 voix, avec six autres candidats communistes : Jean-Michel Boulier*, Robert Cadorne*, Robert Crochet*, Robert Morisse*, Léon Rogé, et Ernest Riolland*.

En 1965, candidat sur la liste conduite par Léon Rogé, il ne fut pas élu, l'ensemble de la liste ayant été battue.

De nouveau candidat en 1971, sur la liste d’union de la gauche conduite par Irénée Bourgois, il obtint 5834 voix au premier tour. Il ne fut élu pas au premier tour, même si 11 candidats de cette liste le furent dès le 1er tour. Candidat en 5e positions sur la liste de 2e tour conduite par Émile Rispoli, il fut élu conseiller municipal avec l'ensemble de la liste sauf un.

Il fut membre du Conseil d’administration de la Caisse d’allocations familiales de Dieppe, administrateur de l’URSSAF, du comité interprofessionnel paritaire du logement, membre du CA du collège d’enseignement technique Émulation.

Son fils Alain Bréard* devint secrétaire du syndicat CGT des chantiers de la Manche à sa création 1er octobre 1976. (voir Manuel Pirez )

Retour à l'accueil