Photo Paris-Normandie

Photo Paris-Normandie

De nouveaux trains arrivent sur la ligne de chemins de fer Dieppe-Rouen: les rames Régiolis.

C'est la super-bonne-nouvelle de la rentrée à Dieppe, car les habitués de la ligne ont été, jusqu'à présent, particulièrement martyrisés (les lecteurs de notre blog en savent quelque chose !), et le sont encore avec les travaux de rénovation de la gare (sans parler de l'état du catastrophique parking !).

Les (en fait "la" !) nouvelles rames Régiolis, arrivées le 3 septembre dernier, — et celles qui devraient arriver d'ici à l'automne 2016 — ont enfin d'un confort digne du 21e siècle (Prise de courant pour brancher mobile, tablette ou ordinateur portable; chauffage; emplacement pour ranger les vélos; silence; etc.). Les rames sont longues de 72 mètres et d’une capacité de 218 places (dont 26 consacrées aux personnes à mobilité réduite). Elles devraient rouler exclusivement sur la ligne Rouen-Dieppe.

Attention, deux rames sur huit seulement ont été livrées !

Les autres seront livrées progressivement. Mais sur les deux premières rames livrées, une est déjà en panne, conséquence souvent inévitable avant que le matériel ne soit rodé.

La modernisation des rames: 10 ans de lutte de la CGT !

A l'heure où les premières rames arrivent, tout le monde est là pour tirer la couverture à soi. Tout le monde est sur la photo !

Personne ne rappelera les luttes menées par la CGT et les cheminots, pour moderniser la ligne.

Car pour les médias, les grèves c'est, évidemment, mauvais et négatif, alors que rien ne serait arrivé si les cheminots, avec le soutien des voyageurs, ne s'étaient battus pour obtenir du matériel moderne, digne de notre époque.

Mais pour la CGT, l'arrivée de ces nouvelles rames voyageur est une étape.

Il faut maintenant remettre sur le tapis la question de l'électrification de la ligne Dieppe-Rouen, et son raccordement à la ligne de Montérolier-Buchy à Motteville, modernisée dans le cadre de Port 2000 au Havre. Ce raccordement permettrait en effet d'écouler un trafic Fret provenant du port de Dieppe. Ce projet ne devrait-il pas être au coeur du débat, à une époque où tout le monde se prépare pour être sur la photo de la COP21, tout en fermant les lignes de chemin de fer ?

La question de la correspondance voyageur avec Paris reste posée.

La fermeture des trains Intercité a été une catastrophe pour le tourisme; c'est toujours la galère le weekend et les fêtes, pour venir de Paris à Dieppe et retour.

Et ne parlons pas de la galère pour le salarié dieppois travaillant à  Paris. Autrefois, travailler à proximité de la gare Saint-Lazare était possible pour des dieppois, notamment à l'époque de la ligne directe par Dieppe-Paris, par Serqueux et Pontoise; aujourd'hui c'est complètement innenvisageable, tellement les correspondances sont hazardeuses, et les retards, sur la portion Rouen-Paris, systématiques. Or nous sommes à une époque où de plus en plus de gens s'éloignent de Paris pour se loger, pour une raison de qualité de la vie, tout en utilisant les chemins de fer pour se rendre à son travail (exemple le TGV).

Par exemple, le Télétravail qui se développe grâce à l'élévation du débit Internet, permet au télétravailleur de travailler à distance, tout en obligeant à des déplacements hebdomadaires ou bi-hebdomadaires au siège de son travail. A Dieppe, cette organisation est impossible, à cause de la galère des chemins de fer.

Attention: les "petits gris tagués" (les anciennes automotrices 4700 et 4900) vont survivre encore près d'un an, car ils ne seront pas complètement remplacés avant l'automne 2016 !

Les habitués vont devoir continuer à monter dans les trains poubelles , sales et usagés, et subir — en particulier — d'être contraints de s'asseoir sur des sièges dont la moquette est innommable.

Pire, l'un des wagons en circulation leur fera passer un nouvel hiver sans chauffage; en effet, cela fait des années que les pièce détachées ne sont plus fabriquées. Mais on voit enfin le bout du tunnel !

Aussi, des craintes pour l'emploi !

Les nouvelles rames Kéolis sont tellement modernes, qu'elles ont été prévues pour que le conducteur fasse tout, et que le personnel d'accompagnement soit supprimé.

Dans sa cabine, le conducteur dispose en effet, de toute une série de caméras pour surveiller le train, mais, on le sait bien, des caméras cela ne fait pas tout ! Espérons que les événements de l'été — la tentative d'attentat sur une ligne TGV — ne conduise pas la direction de la SNCF à supprimer de ces emplois. Un contrôleur c'est utile, pas seulement pour combattre la fraude: c'est bon pour la sécurité des passagers.

Sécurité, qualité de service, propreté,... la CGT y restera très attentive !

Renforcez la CGT, ses syndicats, et son association de consommateurs Indecosa.

Retour à l'accueil