Leny Escudero est mort

Notre ami, le chanteur et compositeur Leny Escudero, artiste à la fois romantique et engagé, est mort vendredi à 82 ans à son domicile à Giverny (Eure).

Leny Escudero, de son vrai nom Joaquim Escudero, il était devenu célèbre dans les années 60 et 70 avec des chansons comme "Pour une amourette" et "Ballade à Sylvie".

Communiste dans l'âme, il n'avait jamais accepté les règles du show-business.

On lui doit également des chansons comme "A malypense", "Parce que tu lui ressembles", "Vivre pour des idées", "Le bohémien", "Petite mère", "La malvenue", "Le vieux Jonathan", "Le siècle des réfugiés" ou "Le cancre".

De son vrai nom Joaquim Escudero, il naît à Espinal (province espagnole de Navarre), le 5 novembre 1932. Ses parents d'origine gitane, républicains espagnols, quittent le pays ravagé par la guerre civile en 1939, et se réfugient en France. Ils habitent d'abord la Mayenne, ensuite à Paris.

Leny grandit à Belleville, à Paris. Après son certificat d'études, il exerce divers métiers, notamment ceux de terrassier et de carreleur.

En 1962, coup d'essai, coup de maître: "Pour une amourette" fait de lui une vedette. La télé s'entiche de cet artiste différent aux cheveux longs, à la voix prenante et sincère.

Son album "Escudero 71", sorti en 1971, reçoit le prix de L'Académie Charles Cros.

Il se produisitt sur scène avec un succès mitigé d'abord, puis réel au fur et à mesure qu'il persévère.

Charonne

Leny Escudero, chanteur engagé, reprend le chant des soldats républicains de la Guerre d'Espagne,  ou le poème d'Aragon écrit pour les résistants du Groupe Manouchian.

Une de ses compositions les plus connues est aussi celle qui rend hommage aux huit morts de Charonne, tous militants de la CGT. Leny Escudero célèbre ces victimes de la répression policière aveugle des manifestations contre l'OAS en 1962: « Marie, ô Marie, je t'aime/ Tu es mon premier baptême/ Marie, que l'amour me pardonne/ On m'appelle à Charonne. »

En 1973, le chanteur sort Vivre pour des idées, et dans l'album éponyme, on trouve ce morceau dans lequel il traite de la Guerre d'Espagne et de son héritage: « Il était à Teruel et à Guadalajara/ Madrid aussi le vit/ Au fond du Guadarrama/ Qui a gagné, qui a perdu? » Le titre de l'album résume l'existance de Leny Escudero, chanteur joyeux, toujours en lutte pour ses idées.

Après la tournée "Age tendre" et un nouvel Olympia (2007) qui fut un triomphe, "le poète troubadour" revient à ses premières amours: la scène et la communion avec le public.

Il a effectué quelques apparitions dans des films et des séries télévisées, à l'époque de la grande ORTF, et participé à des bandes originales de films.

Leny Escudero, père de trois enfants, résidait dans l'Eure. Il venait de publier cette année le deuxième tome de sa biographie, "Le début...la suite...la fin".

Ci-dessous "la butte rouge", qui évoque la guerre 14/18; "les réfugiés", chanson du siècle dernier, aux relents très actuels;  les "Canuts", la chanson de la grande révolte ouvrières de 1834 à Lyon; "Bella Ciao" qui célèbrent la victoire de la lutte sociale qui a abouti en Italie, à l'instauration, dès 1908, d'une loi limitant le temps de travail journalier à huit heures (alors qu'ul faudr attendre 1919 en France), et qui fut l'hymne des partisans communistes italiens en 1944 en lutte contre le régime fasciste de Mussolini.

 

Plus de chansons de Lény Esucéro sur Youtube: https://www.youtube.com/watch?v=hibZR-yGuMU&list=PL18D0210633D7B208&index=1

Ci-dessous un documentaire sur Leny Escudero, sa jeunesse, et sa vie.

Retour à l'accueil