Retraites impayées : A qui la faute !

La fédération CGT des organismes sociaux communique

A leur « Une » du mardi 27 Octobre 2015, les quotidiens Aujourd’hui en France et le Parisien titraient sur des « milliers de retraites impayées ».

Cette situation est dénoncée depuis plusieurs mois par notre fédération CGT des personnels des organismes sociaux et son Union fédérale des retraités qui ont alerté la Ministre des affaires sociales, Marisol Touraine à ce propos.

Nos constats, entre autres :

  • 1. La nouvelle garantie de revenu instaurée dans l’urgence le 1er septembre 2015 ne réglera pas, loin sans faut, toutes les situations; en effet le décret a exclu de nombreux bénéficiaires notamment les titulaires d’une pension de réversion, les retraités de la MSA, du RSI, ainsi que ceux de l’ensemble des régimes spéciaux. Avec des conséquences financières dramatiques pour certains prestataires.
  • 2. La liquidation provisoire des droits devient un mode de gestion fixant même une norme dans le délai de traitement des dossiers. Le maximum de 4 mois prévu dans le décret pouvant très rapidement devenir le minimum. Et quid de la liquidation définitive ?
  • 3. Aucun moyen supplémentaire n’est accordé aux CARSAT pour faire face à leurs missions, au contraire, la CNAV et l’État se sont engagés à réduire les effectifs nationaux de 960 postes, dans le cadre des politiques de restrictions budgétaires imposées par le pacte budgétaire européen, appliqué avec zèle par le gouvernement.

Nos propositions :

  • > Liquider et payer toutes les pensions en attente de traitement déposées par les assurés sociaux.
  • > Affecter les moyens humains nécessaires pour assurer le traitement et le paiement des dossiers retraite en suspend.
  • > Exiger de l’administration fiscale qu’elle ne pénalise pas les retraités qui percevront des rappels de pension.

Alors, à qui la faute ?

  • > A La CNAV qui désamorce à coup d’effets d’annonce et de chiffres erronés.
  • > A La Ministre qui tente de colmater les brèches à coup de décrets inopérants, tout en présentant un budget austéritaire visant les suppressions de postes.

Montreuil, le mercredi 28 octobre 2015

Retour à l'accueil