Chômage: nouvelle hausse du chômage en octobre 2015

Très forte hausse du chômage en octobre !

Selon les chiffres publiés ce jeudi par le ministère du Travail, le nombre de demandeurs d'emplois inscrits en catégorie A (sans activité) a bondi de 42 000 le mois dernier en France métropolitaine. Cela efface largement la prétendue baisse de septembre dernier (-23 800).

Il s'agit de la plus forte hausse depuis deux ans (+50 600 en septembre 2013).

Pôle emploi enregistre ainsi un nouveau record, avec 3,58 millions d'inscrits en catégorie A au mois d’octobre (3,85 millions avec les Dom), un chiffre en progression de +1,2% sur un mois.

Pour les catégories B et C (chômeurs ayant exercé une activité réduite), qui avaient connus une hausse en septembre, la hausse est moindre ave 13 100 inscrits, soit +0,2 % par rapport à septembre, pour un nombre total d'inscrits de 5,43 millions (5,74 avec les Dom).

Le gouvernement continue dans le déni !

« Ces chiffres ne sont pas satisfaisants, a convenu la ministre du Travail, Myriam El Khomri, dans un communiqué. [Mais] ils doivent néanmoins être interprétés avec prudence, car les résultats de ces derniers mois connaissent de fortes variations ».

Et d'affirmer :« Depuis le début de l’année, la progression du nombre de demandeurs d’emploi sans activité reste très inférieure à celle observée en 2014 ».

Certes sur les dix premiers mois de l'année, la hausse est de 40% inférieure à celle observée sur les dix premiers mois de 2014. Il n'empêche, la catégorie A compte 90 000 inscrits supplémentaires depuis le début de 2015, soit près de 9 000 par mois de plus.

Dans ces conditions, parler de « stabilisation » — comme le fait une petite note en annexe du communiqué  — est du déni, ou de la manipulation, c'est selon.

Car une nouvelle fois, ce mois-ci, le gouvernement a fait travailler les services du ministère du Travail afin de trouver des motifs de satisfaction aux chiffres de Pôle emploi: ils ont mouliné dans tous les sens des indicateurs et,... miracle !

L'évolution en « moyenne mobile sur trois mois »: nouveauté en matière de manipulation des chiffres au service de la « communication » !

Il fallait le trouver: ils l'ont trouvé ! Les jongleurs du ministère ont sorti un nouveau lapin de leur chapeau, pour démonter l'indémontrable !

En manipulant les chiffres dans tous les sens voilà qu'ils se sont aperçu qu'en calculant une moyenne des chiffres sur trois mois afin de dégager une tendance, ce mois ci cela permet de afin de faire figurer – difficilement et avec beaucoup d'imagination – une droite à la baisse sur un graphique... Il n'en faut pas plus pour en faire un nouvel indice.

Et la ministre de prendre une posture rassurée : « La reprise de notre économie est engagée [...], mais elle est encore insuffisante pour se traduire par une diminution durable du nombre de demandeurs d’emploi compte tenu de la hausse de notre population active ». Ou comment faire passer une hausse durable pour une absence de « diminution durable ». Sous-entendu: il y aurait « diminution » alors que les chiffres montrent une aggration. Le gouvernement nous prend pour des « C...».

Jusqu’où faudra-t-il descendre pour comprendre que le CICE, et le Pacte de responsabilité ne créeront jamais d’emplois ?

Toutes les mesures gouvernementales (CICE, Pacte de responsabilité, etc.) ont seulement permis l'accroissement des dividendes versés aux actionnaires; les riches sont toujours plus riches !

De l'autre coté, la consommation stagne, et l'activité se grippe, à cause de:

  • > L'augmentation de la précarité,
  • > La stagnation des salaires en général,
  • > L'absence de coup de pouce au Smic,
  • > Le blocage des salaires des fonctionnaires,
  • > Le blocage des pensions des retraités,
  • > Etc.

L'Intérim, les CDD, que les jeunes subissent de plus en  plus longtemps, font qu'ils ne peuvent pas se projeter dans l'avenir.

Tout le monde rogne sur tout, donc cela ne peut pas marcher !

Les mesures du gouvenrment auraient peut-être pu marcher si nous étions encore au début du 20e siècle, alors qu'il n'existait pas de retraités, et que le nombre de salairés était inférieur à 50% de la population active.

Mais aujourd'hui on est au début du 21e siècle ! Le nombre de salariés avoisine les 95% de la population active, et il y a des millions de retraités.

Lorsqu'on pressure « les 99% », on plombe toute l'économie, et on détruit l'emploi !: C'est ce que provoquent les recettes passéiste et dépassée de la politique du gouvernement !

Jusqu'où faudra-t-il descendre pour s'apercevoir que le salarié est « la poule aux oeufs d'or » de la fable, et qu'a lieu de la tuer (la poule), il faut la soigner !

Relancer les salaires et les pensions, >>> pour relancer l'économie et réduire le chômage !

A la CGT nous réaffirmons que ce qui manque, c’est la relance du pouvoir d’achat par une augmentation des salaires et des pensions.

Ce qui manque aussi c'est une réelle politique de création d'emploi: « faites ce que je ssis pas ce que je fait » dit implicitement le gouvernement: car les grandes entreprises où l'État a des participations, comme les grandes administrations de l'État, travaillent à la réduction de leurs effectifs,... donc à augmenter le chômage. Parallèlement il manque aussi la volonté de créer des emplois stables.

La CGT propose aussi d'agir de modifier le financement de la protection sociale dans le sens de prendre en compte les politiques menées par les employeurs, notamment en pénalisant ceux qui — sans scrupule — ne respectent pas les lois de la République.

Retour à l'accueil