À La Poste, une hausse peut en cacher une autre

Lu sur le site de 60 millions de consommateurs

Difficile de trouver un autre produit de consommation courante qui augmente aussi rapidement. Le 1er janvier 2016, le timbre de base, la Marianne rouge, passe à 0,80 €. Il coûtait 0,76 € en 2015 et… 0,60 € début 2012. En l’espace de quatre ans, c’est donc une augmentation d’un tiers qu’aura subie la lettre prioritaire de moins de 20 g.

Coup de massue

Mais pour la seule hausse de début 2016, les utilisateurs subiront surtout un coup de massue s’ils dépassent la première tranche de poids, ne serait-ce que de quelques grammes : le prix doublera d’un coup !

Cette envolée est la conséquence de la nouvelle structure tarifaire du courrier, que 60 Millions de consommateurs dévoile avec un peu d’avance. La Poste s’apprête à instaurer une tarification dite « au multiple ». Désormais, pour un envoi en France, il « suffira » de coller :

  • – deux timbres de base pour affranchir un pli entre 20 et 100 g ;
  • – quatre timbres pour un pli entre 100 et 250 g ;
  • – six timbres pour un pli entre 250 et 500 g ;
  • – huit timbres pour un pli entre 500 g et 2 kg.

La simplification a bon dos !

Officiellement, il s’agit de « simplifier » les choses : fini les grilles tarifaires compliquées et impossibles à retenir ! Mais la simplification a bon dos… Au passage, La Poste supprime certaines tranches de poids, notamment la tranche de 20 à 50 g, fusionnée avec celle de 50 à 100 g.

Résultat : la lettre à peine trop lourde, pesant 21 ou 22 g, coûtera 1,60 € en 2016 contre 1,25 € en 2015, soit un bond de 28 % pour fêter la nouvelle année !

Certes, à contrario, le prix d’envoi des lettres entre 50 et 100 g est en baisse. Mais ces dernières représentent à peine 2 % des courriers traités par La Poste, alors que celles pesant entre 20 et 50 g sont cinq fois plus nombreuses (plus d’une lettre postée sur dix). La nouvelle structure tarifaire a donc tout d’une hausse déguisée.

Timbre vert, timbre rouge, mêmes augmentations

Bien sûr, pour réduire le coût de ses envois, il est toujours possible de se rabattre sur la Lettre verte – que La Poste cherche à imposer par tous les moyens (lire l'article de 60 millions de consommateurs de janvier 2013) pour éviter les contraintes de la livraison en 24 heures.

Moins rapide (avec une livraison en 48 heures dans 90 % des cas), la Lettre verte est moins chère que la Lettre prioritaire. Mais elle suit le même chemin : les envois timbrés en vert subiront aussi la tarification « au multiple ». Et ils augmentent vite, eux aussi : un timbre vert coûtera plus cher en 2016 (0,70 €) qu’un timbre rouge en 2014.

Le timbre le moins cher reste le timbre gris (Écopli, livré en trois ou quatre jours), peu mis en avant par La Poste : après la hausse du 1er janvier 2016, il coûtera 0,68 € pour un envoi de moins de 20 g.

Le grand effondrement

L’ensemble de ces hausses appliquées par La Poste a été validé par le régulateur, l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep). Elles sont motivées par l’effondrement rapide des volumes de courrier envoyés, qui alourdit les coûts de distribution. Mais en pratiquant une telle inflation, La Poste n’a aucune chance de ralentir la désaffection pour le courrier papier.

Retour à l'accueil