Non au licenciement de Julien à la Poste de St-Valéry-en-Caux

La CGT-FAPT 76 souhaite informer l’ensemble de la population des procédures inacceptables de La Poste.

En effet, La Poste veut mettre fin au contrat de travail à durée indéterminée d’un collègue, sans aucun motif, et sans aucune procédure légale respectée.

Notre collègue Julien, papa deux petits enfants (dont un de trois mois), c’est vu signifier par voie d’huissier la fin de son contrat de travail qu’il a avec La Poste.

  • Pas d’entretien préalable,
  • pas de prime de licenciement,
  • pas de préavis,
  • pas de CCP (Commission Consultative Paritaire, instance obligatoire à La Poste où siègent les élus du personnel).

La Poste s’arroge un nouveau droit, celui de rompre un CDI sans procédure !

Au-delà de l’aspect juridique, La Poste qui se revendique comme un modèle social, n’hésite pas à mettre toute une famille dans la détresse sociale et financière. Voilà le vrai visage de l’employeur La Poste dirigé exclusivement par l’Etat.

Nous voyons là, la différence entre les mots et les actes.

L’ensemble du personnel de la plaque de Fécamp à l’appel de la CGT-FAPT 76 et SUD PPT est appelé à se mettre en grève reconductible dès lundi 15 février 2016 et à un rassemblement devant le centre de distribution de Saint-Valéry, à partir de 07h30.

Un préavis de grève déposé par la CGT-FAPT 76 est également à disposition de l’ensemble des collègues de la Direction Service Courrier Colis (Facteurs) de Seine-Maritime.

Le syndicat CGT FAPT invite l’ensemble des amis et camarades soucieux des droits humains et sociaux, et disponibles ce jour là, à venir lundi matin 15 février (7h30) devant le centre de distribution de Saint-Valéry situé 13 rue Marcel Delepine 76460 Saint-Valéry.

Retour à l'accueil