Accident mortel à Renault Cléon. Les baisses d’effectifs en cause

communiqué de la CGT Renault Cléon, suite à un accident mortel sur le site de l’usine

 

Jeudi 10 mars, un très grave accident s’est produit à l’usine Renault de Cléon. Un ouvrier, mécanicien de maintenance qui intervenait seul dans une machine a été écrasé, suite, semble-t-il, au déplacement d’un élément de la machine.

Resté plusieurs minutes en arrêt cardiaque avant d’être découvert par un collègue, il était entre la vie et la mort. Cet ouvrier âgé de 33 ans et père de deux enfants est décédé sept jours plus tard.

Les élus CGT, dans ces moments douloureux, s’associent à la peine de ses proches, ses amis, ses collègues de travail.

Des enquêtes sont en cours, enquêtes qui permettront, nous l’espérons, de répondre aux nombreuses questions que nous nous posons.

A Cléon comme dans le groupe, les effectifs chutent, la maintenance est également touchée par cette baisse des effectifs, nous avons régulièrement alerté la direction sur le manque de mécaniciens et d’électriciens. Les techniciens de maintenance se retrouvent très souvent seuls à devoir dépanner.

En quelques années, l’effectif en maintenance a été divisé par deux, voire plus dans certains ateliers. Ils sont d’autant plus isolés durant les dépannages que, dans les secteurs de production où ils interviennent, les effectifs ont là aussi été fortement diminués.

Par ailleurs, les formations spécifiques indispensables pour intervenir dans les machines sont données au compte-gouttes, ou pas du tout, par souci d’économies.

Cette politique de diminution des effectifs mise en place par la direction porte un nom : la recherche d’une plus grande compétitivité…à quel prix ?

Les enquêtes permettront de faire le point sur les responsabilités de chacun, les élus CGT veilleront à ce que la direction ne fuit pas les siennes. Mais les salariés de l’usine ne sont pas dupes. Ils savent qu’après chaque accident ou incident grave, la direction répète qu’il faut travailler en sécurité… sans jamais donner les moyens de le faire.

Pour la CGT Renault Cléon et les salariés du site, c’est inacceptable !

Retour à l'accueil