Assemblée de rentrée de l'UL CGT DIEPPE

Assemblée de rentrée UL CGT DIEPPE

du 2 Septembre 2016

 

L’UL CGT Dieppe a tenu le vendredi 2 septembre son assemblée générale de rentrée à la salle Lingois de Neuville-lès-Dieppe.

En présence d’une soixantaine de camarades de la région dieppoise et de plus de 24 syndicats dont TERRITORIAUX PETIT CAUX, SNPTRI, GEVELOT, CHEMINOTS, SILPAC, CAF, CHEMINOTS, FREMACH, CNPE PALUEL, Conseil Départemental 76, TERRITORIAUX MAIRIE DIEPPE ET UFICT, FAPT, BERRY PLASTIC, ALPINE, METAUX RETRAITÉ, DAVIGEL, MARIN, SAMSD (action sociale), CEGELEC, HOPITAL de DIEPPE, PTL, PLASTUNI, NESTLÉ et le PORT DE DIEPPE…Sans oublier la présence de Philippe Lebourg au titre de l’UD76.

Après une minute de silence en hommage à notre camarade Georges Séguy, ancien secrétaire général de la CGT de 1967 à 1982, décédé samedi 13 août 2016 à l’âge de 89 ans et de Marc Peyrade, Ancien secrétaire général de la Filpac et fondateur du syndicat Info’com-CGT, les débats se sont ouverts par le rapport d’introduction du secrétaire général.

C’est bien entendu autour du thème de la rentrée sociale que le discours était centré :

« Cette rentrée doit être placée dans la continuité de ces 6 derniers mois de luttes contre le projet de loi travail « El Khomri » avec la journée nationale unitaire de mobilisation pour son abrogation le 15 septembre prochain.

Ce mouvement social, initié le 9 mars dernier, d’une grande intensité tient dans la longueur pour diverses raisons :

Un soutien populaire qui n’a pas fléchi malgré toutes les provocations, les interdits, les sanctions antisyndicales et un contexte d’état d’urgence,

Une unité de sept organisations syndicales, qui n’a pas non plus faibli, malgré la CFDT qui soutient nationalement cette loi,

Un débat mené par la CGT, sur le fond, qui a entrainé un rejet massif de la population de ce projet, qui s’est notamment exprimé au travers de la pétition nationale qui a recueillie près de 1 500 000 signatures, et contre lequel 71% des Français restent opposés.

Une CGT à l’offensive, qui fait l’actualité et qui est le moteur du mouvement.

Pour assurer la victoire du libéralisme sur le droit de travail, c’est un gouvernement affaibli, battu politiquement avec une majorité gouvernementale fissurée, qui a passé en force et sans gloire sa loi, par l’utilisation de cet outil qu’est le 49-3.»

Après quelques mots sur les raisons et conséquence des drames qui ont touché la France ces derniers mois, il a été rappelé l’importance des combats à mener contre les raccourcis faciles de la droitisation la plus extrême.

« C’est pour lutter contre les racines de ces maux que nous avons à expliquer, résister, combattre et œuvrer pour la paix. Ne nous laissons pas berner par les manœuvres de stigmatisation de boucs émissaires.

Il convient donc d’aider à comprendre le contexte et les enjeux, pour mieux combattre le populisme ambiant, le racisme, démasquer l’extrême droite et en particulier le FN. Aider et comprendre, c’est redonner de l’espoir aux jeunes et en particulier à ceux issus des couches les plus populaires. C’est les convaincre qu’un avenir meilleur est possible. »

Les politiques d’austérité et de réductions des dépenses publiques entrainent sans aucun doute, le chômage, la casse des codes du travail et de toutes les protections sociales qui s’étaient construites tout au long du siècle dernier.

L’échec du gouvernement à mettre en place une politique pour répondre aux besoins de la population en France car elle répond systématiquement favorablement aux injonctions ultra-libérales de la Commission Européenne et la BCE qui ne cessent de demander des réformes « structurelles »…

Ce que porte la CGT, c’est de créer une société plus juste, riche de perspectives et de progrès pour les citoyens.

C’est tout le contraire qui se joue actuellement. Pour dissimuler la responsabilité du système, on met la faute sur le dos de l’étranger, de l’immigrant, du fainéant, du chômeur ou du fonctionnaire. »

Très clairement, le message a été porté d’une CGT à l’offensive :

« Ce contexte nous impose d’être à l’offensive. La loi travail est votée, elle vient d’être publiée, en revanche ses décrets d’application ne sont pas promulgués. A nous de faire en sorte qu’ils ne le soient jamais.

Pour cela, nous devons poursuivre ce que nous avons porté les 4 mois qui ont précédé les vacances : cette lutte qui a permis à des centaines de milliers de travailleurs, chômeurs, retraités, étudiants et lycéens de relever la tête.

Cette lutte redonne de l’espoir à tous, et montre une CGT de classe et de masse comme nous l’avons voulu en Seine Maritime.

Notre 1er grand objectif de rentrée c’est l’abrogation de la loi Travail avec une nouvelle échéance le 15 septembre, cette journée nationale d’actions à l’appel des 7 organisations syndicales, devra être une réussite. Elle n’est pas un baroud d’honneur, mais une journée qui doit en appeler d’autres et rapidement.

Toutes les réunions ou actions, à tous les niveaux, dans les entreprises ou ailleurs, doivent avoir comme objectif la réussite du 15 septembre. Il nous reste moins de 15 jours pour mobiliser tout le monde.

Il nous faut affirmer de façon claire et nette, que cette loi dite « travail », ne nous convient absolument pas, qu’elle est l’opposé de ce que nous revendiquons car elle sert uniquement les intérêts du patronat et en aucun cas ceux des travailleurs et de leurs familles. »

Il a été rappelé l’importance pour tous les fonctionnaires d’être conscient que la loi travail les concernera directement ou indirectement très rapidement :

« A tous les fonctionnaires qui se croiraient à l’abri, du fait de leur statut et de la mobilisation en cours contre la loi travail, sachez qu’il n’en est rien.

D’abord parce que des centaines de dispositions du code du travail s’appliquent déjà aux agents publics en complément du statut (CHS-CT, santé au travail …).

Ensuite parce que la résistance sociale est nécessaire pour tous les salariés ; c’est même essentiel pour vos propres revendications !

Prenons l’exemple des retraites :

En 1993 : Balladur attaque les retraites du secteur privé,

En 1995 : Alain Juppé essaie d'étendre cette «réforme» au service public et recule sous la pression des grèves,

En 2003 : Fillon l'imposera au secteur public.

Voilà la méthode pour attaquer l’ensemble des droits des salariés :

D’abord s’en prendre au secteur privé, puis passer au secteur public en affirmant qu’il serait un secteur «privilégié».

Le Compte Personnel d’Activité (CPA) annonce la mort du Statut de fonctionnaire :

Un article de loi veut instaurer l’individualisation des droits contre le statut. Il est l’arme idéale pour mettre à mort le statut des fonctionnaires arraché en 1945. Il achèvera l’éradication de notre statut déjà bien malade après le PPCR (Parcours professionnel, carrières et rémunérations) qui organise l’austérité salariale et le démantèlement du statut. Dont la première mesure prise a été la suppression de l’avancement à durée minimum, concrètement, cela représente un allongement moyen de la carrière de 4 ans pour chaque salarié. »

Deux thèmes importants, le renforcement et les élections professionnelles :

« Toute cette lutte quotidienne ne doit pas nous faire oublier le renforcement de notre organisation syndicale et de la qualité de vie syndicale de la CGT.

Cela nécessite de donner du temps pour l’activité syndicale, de faire des initiatives au plus près des salariés, tenir des réunions d’information, des assemblées générales, tout en proposant l’adhésion.

Cela nécessite aussi de renforcer nos structure interprofessionnelles que sont nos unions locales, départementales, régionales, professionnelles ainsi que tous les collectifs qu’ils soient juridique, formation ou portuaire comme à Dieppe. »…

… « Les prochaines élections dans les TPE prévues du 28 novembre au 12 décembre 2016 seront décisives pour le calcul de la représentativité des syndicats en France.

Pour rappel, la CGT en 2012 avait obtenu 30% des voix, loin devant la CFDT qui avait obtenu 19%. 60% des établissements de notre branche sont concernés, c’est pour cela que nous devons tout mettre en œuvre, notamment à travers des campagnes d’information et de déploiement autour des apprentis et des TPE, afin de leur permettre de s’exprimer en votant CGT et ainsi renforcer notre influence syndicale. »

Enfin, il a été rappelé l’importance d’être solidaire dans la répression syndicale violente à l’encontre de bon nombre de camarades de la CGT :

« Les exemples récents comme nos camarades de Goodyear dont le procès en appel sera le 19 octobre prochain ou notre camarade d’Air France qui, malgré le refus de l’inspection du travail, a vu son licenciement validé par la ministre du travail et dont le procès au pénal de nos camarades se déroulera les 27 et 28 septembre à Bobigny.

Pour toutes ces dates nous essaierons d’organiser des bus pour aller les soutenir. Sans oublier Laurent au Havre dont le parquet a fait appel de la condamnation à 6 mois de prisons avec sursis la trouvant « trop légère » au regards des faits de destruction de mobilier…du parti socialiste ! Des camarades Dockers Sans oublier les 2 affaires dieppoises liées à notre combat contre ce gouvernement régressif et totalitaire que j’évoquais tout à l’heure, je pense  à nos 3 camarades qui ont à leur encontre une plainte du patron de « Déca’bosse » alors que c’est lui qui a voulu les écraser alors qu’ils distribuaient au rond-point Intermarché au volant d’une voiture sans plaque d’immatriculation. Ils sont convoqués à une confrontation, je le rappelle le 13 octobre prochain à 10h00 au commissariat de Dieppe, je vous propose d’ores et déjà un rassemblement en soutien de nos camarades devant le commissariat.

Partout où un camarade de la CGT est attaqué, diffamé, discriminé, nous devons faire front être uni car sur ce sujet des libertés syndicales, il ne faut rien lâcher sinon comment pouvoir bien défendre les salariés si nous ne sommes pas capables de défendre nos propres camarades ? »

Plus de 3 heures de débats ont suivi avec la participation de quasi tous les syndicats présents :

Si pour JACKY, TERRITORIAUX MAIRIE DIEPPE, il y a une réelle inquiétude pour la remobilisation du 15…Mais l’appel est lancé et un tract distribué dans la collectivité

DANIEL, FILPAC : il n’y a pas eu assez d’arrêt de travail, on peut changer la donne si on fait le boulot correctement en organisant des assemblées générales, des réunions du personnel on d’information mensuelle… 

Pour DOMINIQUE, CEGELEC (construction) : Nous devons continuer d’impulser une dynamique, c’est notre devoir d’être optimiste ! On a démontré ce que la CGT est capable de faire avec une montée en puissance le 9 mars et 12 jours de mobilisation…

Bruno pour l’hôpital de Dieppe a rappelé que le licenciement du camarade d’Air France Air France a été validé par la ministre du travail ! Il a fait un point sur les deux camarades Dockers du Havre arrêtés mercredi matin à leur domicile en provocation vis-à-vis de la venue de Philippe Martinez à l’AG de rentrée de l’UD 76, ils sont convoqués le 25/11 pour leur procès sur mise en cause de leur participation à la manifestation du 14/06…Ne devrait-on pas faire une déclaration pour dire ceux qui cassent les hôpitaux… c’est le gouvernement

Michel pour Gévelot (Métaux) : Pour la manif du 15 un appel à la grève est fait dans la boite… Lors des mobilisations du printemps, nous avons fait 7 adhésions dont 2 ex-CFDT.

Michel Masdebrieu : Retraité Paluel rappelle qu’il est toujours difficile de reprendre et que  ce n’est pas parce que la loi est passée en force qu’on a perdu… On ne bloquera l’économie que par la grève et les arrêts de travail.

William, Retraité Métaux : Les droits syndicaux et attaques durant les élections professionnelles chez Plastuni, voir pour former les camarades à la négociation des protocoles d’accord…

Johan, Paluel : Depuis le début de l’année 51 nouvelles adhésions…que faire pour relancer les étudiants dans la bagarre et les jeunes. Dénonçons la CFDT qui signe n’importe quoi…Tous concernés pour aller vers les salariés…

Abder pour l’action sociale a rappelé que la fédé lance un appel pour le 8

Philippe pour l’UD CGT 76 et DLAJ a insisté sur le secteur juridique, les Conseillers du salarié, les défenseurs ou les conseillers Prud’homaux qui viennent d’être nommés…Il a dénoncé la signature de la CGT des licenciements de plus de 300 salariés…C’est inacceptable qu’un syndicat CGT signe les licenciements…Enfin il est revenu sur l’importance d’être en soutien des militants condamnés lors des mobilisations en soutien et de rappeler l’organisation, sur Dieppe, d’un concert militant avec en soirée, à la Salle Paul Éluard, concert d’HK et des Red Lezards...

Pour Berry plastique, Serge souligne que pour mobiliser il a diffusé dans sa boite le bulletin de l’UL spécial rentrée…

Pour la camarade de la FAPT, elle nous a rappelé que la direction de La Poste annonce la prochaine disparition du bureau de poste du pollet et rappel qu’après plusieurs millions d’investissement au bureau de poste de Martin Église qui avait été rénové a été fermé…depuis le courrier est au bistrot

Port de Dieppe Franck : Inquiétude sur le port la ligne transmanche et le regroupement du port de Dieppe avec le Grand Port Normand…regret que tout le personnel ne se sente pas concerné dans la lutte contre la loi travail !

Patrice Riolland, Fremach (métaux) : les salariés sont frileux, ils ont peur d’un  licenciement…On a du mal à mobiliser, on est passé de 900 salariés à 90 au fil des années et des plans sociaux…De plus la direction nous demande de justifier la délégation syndicale.

En conclusion, Mathias, Secrétaire de l’UL de Dieppe, rappelle qu’aussi bien au niveau départemental que local, les camarades ont réussi les actions et mobilisations contre la loi travail et que pour la 5ème année consécutive nous progressons en adhérents. Il a rappelé aussi le futur déménagement, prévu dans les anciens locaux de pôle emploi, rue de Stalingrad, pour la fin de l’année.

 

 

 

Assemblée de rentrée de l'UL CGT DIEPPE
Assemblée de rentrée de l'UL CGT DIEPPE
Assemblée de rentrée de l'UL CGT DIEPPE
Assemblée de rentrée de l'UL CGT DIEPPE
Assemblée de rentrée de l'UL CGT DIEPPE
Assemblée de rentrée de l'UL CGT DIEPPE
Assemblée de rentrée de l'UL CGT DIEPPE
Assemblée de rentrée de l'UL CGT DIEPPE
Assemblée de rentrée de l'UL CGT DIEPPE
Retour à l'accueil