Un sursis partiel pour le budget de l’Hôpital de Dieppe mais les menaces demeurent !

Communiqué du Syndicat des Hospitaliers de Dieppe

L’Hôpital de Dieppe ne sera pas en 2017, amputé de 2 057 961€ supplémentaires comme l’Agence régionale Normandie l’avait auparavant envisagé.

Cette menace avait amené la CGT, à marquer son opposition dans 2 tracts et par voie de presse, à réunir le personnel hospitaliers pour envisager notre défense.

Nos protestations, conjuguées avec celles du Maire, des médecins, des élus, conduisent à une marche arrière partielle de l’ARS.

Rien n’est réglé pour l’avenir.

Concernant 2018 et les années suivantes, la Directrice de l’ARS écrit : « Il m’est impossible de garantir le maintien de ces financements ».

Concernant le budget 2017, au Conseil de surveillance tenu le 7 avril à l’Hôpital, il a été dit qu’il manquera 6 à 7 millions d’€ pour boucler l’année, et que cela posera un grave problème de trésorerie. Comment dans ces conditions, l’Hôpital pourra-t-il garantir les payes des agents ? L’ARS et le Ministère devront en tout premier lieu répondre à cette question.

Le Ministère et l’ARS sont les organisateurs de l’étranglement financier des hôpitaux, à Dieppe comme partout en France. Ils poussent ainsi les hôpitaux, au sein des Groupement Hospitaliers de Territoire (GHT), à fermer des services, à supprimer des postes et des lits, à remettre en cause les soins indispensables pour la population.

Il a déjà été demandé aux personnels et aux médecins des efforts maximum... Et la situation n’a fait qu’empirer. La CGT se tient prête, pour aujourd’hui et pour demain à défendre chaque poste, chaque service, tous indispensables à l’Hôpital.

La CGT des hospitaliers agira avec le personnel, avec les syndicats qui refusent les regroupements et les coupes de la loi Touraine.

La CGT s’adressera autant de fois que nécessaire à la population, qui a montré à chaque occasion sa volonté de défendre l’Hôpital public.

Dieppe, le 14 avril 201

Retour à l'accueil