Nouvelle réorganisation aux guichets des Postes de Dieppe: rien ne va plus !

Les services des guichets de la Poste de la proche région Dieppoise viennent de subir en décembre dernier, une nouvelle restructuration. C'est la 7ème version de restructuration en quelques années.

Une nouvelle fois ce sont les effectifs des salariés qui en ont pris un coup: près de 6 emplois ont été supprimés (5,48 d'après la direction !!!), ce qui provoque évidemment des dysfonctionnements en cascade dans tout le secteur. Osons le mot: la situation est catastrophique !

Sur l'ensemble du secteur de Dieppe (on appelle cela "terrain" lorsqu'on est à La Poste), c'est à dire les bureaux de Poste de Dieppe Principal, Dieppe Pollet, Dieppe Prévert, Neuville-lès-Dieppe, Arques-la-Bataille, Martin-Eglise, Offranville, et Ouville-La-Rivière, la  diminution des horaires d'ouverture au public est de l'ordre de 40 Heures/semaine, soit quasiment l'amplitude d'un gros bureau de Rouen comme celui de Rouen Martainville. En plus d'être suicidaire pour l'emploi, cela montre bien que le chemin pris par la Poste remet en cause fondamentalement les raisons d'être de l'entreprise et du Service public.

Cette nouvelle réorganisation des services, qui vient après celle de Fontain-Le-Dun, et avant d'autres, est une nouvelle conséquence de la privatisation de la Poste. Celle-ci, devenue Société Anonyme, poursuit son recentrage pour l'accroissement de ses profits, au service des seuls dividendes de son seul (pour le moment  !) actionnaire: l'Etat, qui après avoir distribué les exonérations fiscales aux plus riches cherche de l'argent partout où il peut en trouver ! Evidemment, dans ce contexte, assurer un service postal n'intéresse personne !

La situation des guichets de la région dieppoise s'inscrit dans la même logique, de Révision Générale des Politiques Publiques, qui réduit le nombre de fonctionnaires dans tous les Services publics: en conséquence le Gouvernement sacrifie les villes moyennes, comme le Monde Rural, et leurs habitants !!!

Moins de postiers, moins d'instituteurs, plus de receveurs des postes, ni des finances, moins de policiers et de gendarmes: c'est "la cabanne su'l Kin" (proverbe normand) !

La CGT FAPT appelle le personnel à résister à la destruction du service public postal et à exiger des emplois pour retrouver des conditions de travail et d'accueil des usagers correctes. 

Retour à l'accueil