ADECCO (Intérim): 530 emplois menacés pour conforter des profits en hausse

Lu sur le site de la CGT

Le 1er mars, le groupe ADECCO publiait ses résultats pour 2011. Un chiffre d’affaires de 20,5 milliards d’€ (+ 10%), un résultat d’exploitation de 763 millions d’€ (+14,4 %) et un bénéfice net de 519 millions d’euros, en hausse de 23% par rapport à 2010. Pour l’année 2012, une augmentation du versement des dividendes aux actionnaires de + 64.

Des résultats qui ne l’empêchent pas d’annoncer une restructuration sur ses trois entreprises-phare : ADIA, ADECCO et AGF.

Celle-ci se traduirait par la suppression de 530 emplois, la fermeture de 165 agences et 19 centres administratifs.

La direction du groupe maquille cette restructuration en plan de départs volontaires mais la CGT du groupe et l’Union syndicale de l’Intérim CGT qualifient l’opération de "véritables licenciements déguisés entraînant dans la spirale des dizaines de milliers de salariés intérimaires qui vont se retrouver jetés eux aussi au chômage, perdant au passage droits et acquis sociaux cumulés durant de longues années de missions (droits liés à l’ancienneté, couverture sociale, droits au CE…) et difficultés supplémentaires pour retrouver un emploi qualifié."

Dans un tract daté du 8 mars, la CGT ADECCO, la CGT ADIA, la CGT AGF (Adecco Groupe France), et l’Union Syndicale de l’Intérim-CGT, appellent à la mobilisation et la grève.vendredi

9 mars 2012, par F. Dayan

Retour à l'accueil