Allemagne: les salariés arrachent des augmentations de salaires substantielles !

2012-05-IG-Metall-02.jpeg

Après des années d'austérité, 800.000 employés de la métallurgie du Bade-Wurtemberg (sud-ouest) ont obtenu samedi une augmentation de 4,3% qui va servir de référence pour le secteur dans tout le pays.

Le puissant syndicat IG Metall – comme son nom l’indique, c’est le syndicat des métallos - exigeait au départ une hausse de 6,5% des salaires. Il a été soutenu massivement par les salariés, avec des grèves larges qui ont eu lieu dans tout le pays depuis fin avril, et qui ont touché notamment Bosch, Siemens ou encore Daimler.

Outre une hausse de salaires immédiate de 4,3% à compter de mai jusqu'en avril 2013, cet accord pilote, limite également le recours aux travailleurs intérimaires et favorise l'embauche des apprentis, dans le même temps où la coutume d'embaucher les apprentis après une période d'essai concluante a été confirmée.

Au bout de deux ans maximum dans la même entreprise, un travailleur intérimaire devra obligatoirement recevoir une offre d'emploi de la part de celle-ci.

D'autres règles concernant le recours aux intérimaires pourront être négociées au cas par cas avec les comités d'entreprise qui ont des pouvoirs plus importants que leurs homologues français.

Ces dernières semaines, les hausses de salaires se sont multipliées dans différents secteurs en Allemagne.

Fin mars, deux millions de fonctionnaires allemands avaient donné le ton en décrochant une augmentation de 6,3%, après des grèves d'avertissement. Environ 220.000 employés des banques publiques et privées en Allemagne luttent aussi pour obtenir une augmentation de 6%.

Ces hausses interviennent en effet après quinze ans d'austérité et la multiplication de réformes antisociales, comme le report progressif du départ à la retraite, et l’accroissement de la flexibilité du marché du travail. Le taux de chômage de 7% reste élevé, mais il est au plus bas depuis plus de 20 ans.

7,4 millions de membres au DGB ! Enorme !!!

La spécificité de l’Allemagne c’est son taux de syndicalisation élevé, qui donne la puissance nécessaire au syndicat quasi-unique de la branche. Le DGB, dont fait partie IG Métall, est la principale confédération syndicale avec 7,4 millions de membres, soit 83 % des syndiqués allemands. La population active allemande étant de 43 millions (2010), le taux de syndicalisation du DGB, à lui seul, est de 18%. 

IG métall est le 2e syndicat du DGB, avec 2,2 millions d'adhérents  !!!

Le premier syndicat du DGB est Ver.di avec 2,6 millions de membres. Il a été créé en mars 2001 par la fusion de 5 syndicats comprenant une partie des transports et des services publics, le commerce et les services financiers, la poste et les télécommunications, le secteur des activités graphiques et de communication, ainsi qu’une structure concernant les employés, le DAG, qui ne faisait pas auparavant partie du DGB.

Le 3e syndicat du DGB est IGBCE avec 834 000 membres. Il concerne les salariés de la chimie et de l’énergie, dont les syndicats ont fusionné en 1997.

Ces 3 syndicats regroupent 81 % du nombre total d’adhérents du DGB.

Qu'est-ce qu'on attend en France pour faire pareil ! Salariés, ne restez pas isolé et faibles ! Syndiquez-vous pour être forts et gagner !

Retour à l'accueil