Appel du 32e Congrès des syndicats CGT de l’Union locale CGT de la région de Dieppe

2014-11-04-Congres-de-l-UL-CGT-Dieppe-02.jpg

Les syndicats CGT de l’Union Locale CGT de la région dieppoise, réunis en congrès les 4 et 5 novembre 2014, ont débattu de la situation économique et sociale de notre pays et en particulier de notre territoire.

Notre congrès affirme que la situation économique et sociale est alarmante. Nous faisons le constat que le chômage est en hausse, que le pouvoir d’achat est en régression, que la précarité au travail augmente, que nos acquis sociaux sont attaqués et menacés et que nos services publics sont en train de disparaître.

Force est de constater que le gouvernement, sous l’égide des politiques d’austérité imposées par Bruxelles, a répondu favorablement aux demandes du MEDEF et du patronat. Ce qui se traduit par toujours plus d’austérité pour les salariés, les privés d’emplois, les retraités et les jeunes.

Et le patronat en veut toujours plus, en demandant maintenant:

  • > Le droit de licencier comme il veut,
  • > La fin des 35h,
  • > La remise en cause des seuils sociaux.

L’élection de François Hollande en 2012 et la nomination de Manuel Valls au poste de 1er ministre en 2014, n’apportent pas de solution à la crise du capitalisme qui fait des ravages dans le monde du travail. On le voit avec :

  • La nouvelle dégradation des retraites.
  • La loi dite de sécurisation de l’emploi ou ANI, signée par le patronat et la CFDT, la CFTC, qui facilite les licenciements.
  • Le Pacte de responsabilité, conclu entre le Gouvernement, le patronat, la CFDT et la CFTC, offre aux entreprises des milliards d’Euros sans aucune contrepartie. Voté par l’Assemblée nationale et sa (courte) majorité présidentielle, il menace gravement notre Sécurité Sociale, issue du Conseil National de la Résistance en 1945. En prenant cette décision, le Gouvernement s’attaque aux fondements mêmes de notre Sécurité Sociale solidaire qui a permis depuis 70 ans à chacun de cotiser selon ses moyens et de recevoir selon ses besoins.
  • La Réforme territoriale en cours annonce la couleur : par les transferts à marche forcée, par l’asphyxie financière, par les coupes claires dans les dotations, il s’agit de liquider les collectivités territoriales (les communes et le Conseil général), en supprimant des centaines d’emplois de territoriaux et en fermant des services publics. Cela éloigne les services publics de la population.

Les ministres demandent aux salariés et à leurs familles toujours plus de sacrifices, mais nous voyons qu’en agissant pour les banquiers ils mènent le pays à la ruine, détruisent les emplois et toutes les conquêtes sociales. Ceci a amené la CGT à quitter la conférence sociale, ce dont le congrès se félicite, car la CGT s’est toujours donné pour but, de défendre les intérêts des salariés, des privés d’emplois, des retraités et des jeunes.

Les syndicats de l’Union Locale CGT de la région dieppoise affirment que c’est bien le coût du capital qui ruine l’Europe, notre pays et notre territoire.

Face à cette situation, notre congrès appelle les salariés, les privés d’emplois, les retraités et les jeunes, de notre territoire dans leur ensemble :

  • A s’organiser avec la CGT pour lutter contre les effets nocifs des politiques mises en œuvre par le Gouvernement et le patronat.
  • A lutter pour le retrait du Pacte de responsabilité,
  • A lutter pour l’augmentation immédiate et générale des salaires et des pensions,
  • A lutter pour la défense du Code du travail, des Conventions Collectives, leur maintien et leur amélioration.
  • A lutter contre la précarisation massive des salariés, à rejeter le « Contrat Unique » et à faire que le Contrat à Durée Indéterminée, à temps plein selon les règles conventionnelles, soit la norme,
  • A défendre les services publics et le maintien du statut de fonctionnaire, à s’opposer à la réforme territoriale et aux transferts.
  • A mener une grande campagne pour le vote CGT le plus fort possible aux élections professionnelles des Fonctions Publiques du 4 décembre 2014 ; ainsi qu’à toutes les autres élections professionnelles.
  • A lutter contre les privatisations : EDF, La Poste, la SNCF…
  • A défendre les prud’hommes et leur élection nationale tous les 5 ans.
  • A combattre pour l’arrêt des « Rythmes scolaires » et l’abrogation des décrets Darcos-Peillon-Hamon qui organisent le transfert de charges et de compétences de l’État vers les communes.
  • A ne pas se laisser abuser par les fausses solutions véhiculées par l’Extrême Droite toujours porteuse de très graves dangers.

Le congrès de l’Union locale réuni les 4 et 5 novembre 2014 appelle à continuer à informer, et à développer les luttes partout, dans nos entreprises et dans la rue, pour les salaires, les retraites, l’emploi, les conditions de travail, le service public et la protection sociale. Il affirme son soutien aux actions des salariés, déjà engagées dans le pays et dans son territoire.

Nous réaffirmons, qu’avec les salariés, les privés d’emplois, les retraités, nous continuerons de créer les conditions pour obtenir un vrai rapport de force. Pour ce rapport de force à construire, la perspective d’une manifestation nationale à Paris avec appel à la grève, pour les revendications et le Retrait du Pacte de responsabilité, vient à l’ordre du jour.

Pour cela nous avons besoin de renforcer la CGT, nous avons besoin d’une CGT forte, utile et accessible.

Rejoignez la CGT.

Adopté à l’unanimité le 5 décembre 2014.

Retour à l'accueil