Après les propos de Xavier Bertrand dans le Figaro, la CGT refuse la culpabisation des chômeurs

Lu sur le site de la CGT

 

S’exprimant dans le Figaro, le ministre du Travail a indiqué son intention de faire passer le taux de chômage sous la barre des 9% en métropole avant la fin de l’année en faisant appliquer la loi sur les offres raisonnables d’emploi pour contraindre les chômeurs à accepter une offre.


Il a précisé que chaque année 200.000 à 250.000 offres d’emploi n’étaient pas pourvues, affirmant "avoir vu" des postes à 1.500 euros net par mois et même 2.100 euros n’attirer aucun candidat.

 

"L’objectif du ministre n’est pas de diminuer le chômage de masse, mais seulement de diminuer la statistique du chômage de catégorie A", les demandeurs d’emploi sans aucune activité, affirme Maurad Rabhi, dirigeant de la CGT.  

 

"Il s’agit de contraindre les chômeurs à accepter n’importe quelle offre d’emploi, même de quelques jours, voire de quelques heures, sous peine de se faire couper les vivres. (...) En pointant une épée de Damoclès sur les chômeurs de longue durée (+ de 12 mois au chômage) et en exerçant sur eux une pression psychologique et financière à travers leurs allocations s’ils n’acceptent pas un emploi, le ministre veut contraindre des centaines de milliers de personnes à accepter des emplois déqualifiés, dévalorisés et très peu rémunérés", poursuit-il.
 

 

"Le ministre du Travail est tout simplement en train d’accroître la précarité et le sous-emploi", conclut-il.

Retour à l'accueil