Arcelor Mittal: Après les promesses, la matraque et les lacrymogènes

Lu sur le site de la CGT

Déclaration de la CGT Métallurgie

Venus à plus de 200 salariés et représentants de la CGT, CFDT et FO à un rassemblement devant le siège de campagne du candidat Président de l’UMP, ils ont été matraqués par les forces de l’ordre et aspergés de gaz lacrymogène.

Ils n’ont pas oublié les promesses non tenues du Président de la République à Gandrange avec, à la clé, la fermeture de l’aciérie.

L’annonce d’un investissement de 17 millions, correspond à des investissements déjà prévus dans le cadre de l’acceptation du chômage partiel par les pouvoirs publics.

Les sidérurgistes ne se contentent pas d’annonces bien médiatisées, mais de prises de décisions immédiates.

L’avenir de Florange passe par le redémarrage immédiat des hauts fourneaux.

Ce que les salariés demandent au Président candidat, c’est d’interpeler la direction d’Arcelor Mittal pour que redémarre maintenant la filière liquide et étamage.

Il est inadmissible que cette dernière refuse les commandes et se prépare à acheter 60.000 tonnes à des concurrents russes, turques…. Au moment où la question de l’industrie est au coeur du débat public, le Président de la République a la responsabilité d’apporter des réponses concrètes aux attentes des salariés.

Pour la CGT, 2ème organisation syndicale sur le site derrière la CFDT, il n’est pas question que la situation de Florange soit utilisée à des fins électorales d’où qu’elles viennent.

Le 22 mars, la CGT organise un rassemblement sur le site de Florange pour exiger la relance des hauts fourneaux, la sidérurgie est indispensable à l’industrie et à l’emploi.

 

 


 

Retour à l'accueil