Bernard Thibault à Pétroplus le 10 février 2012

2012 02 10 2832-b

Bernard Thibault, le secrétaire général de la CGT, était en Haute Normandie ce vendredi 10 février 2012.

Il a visité les entreprises en lutte M-Real à Alizay, le matin, et était sur le site de Petroplus à Petit-Couronne vers 13h00.

Prenant la parole devant un millier de manifestants à Petit Couronne, il s'est félicité des luttes unitaires des salariés, qui comme à Petroplus sont un plus pour créer des situations favorables au succès, et a donc insisté sur la recherche de la nécessaire unité partout, pour faire avancer les revendications.

Il a fait le constat que "ce qui disparait dans l'industrie ne réapparaît pas", toute entreprise qui ferme n'a aucune chance de repartir, et fait donc perdre définitivement au pays des outils de productions dont il a pourtant besoin. Il a donc souligné l'importance de la lutte des Petroplus, pour l'intérêt national, dans un secteur qui est la sources de nombreux conflits et guerres au niveau international.

Et il en a profité pour stygmatiser le choix de Renault d'aller ouvrir une entreprise au Maroc.

Sur l'hypothèse d'un référendum sur le système de prise en charge des chômeurs évoqué jeudi par le président Nicolas Sarkozy, il a déclaré: "Avec ce genre d'annonce, on est dans le gadget pré-électoral". Et il rappelé la manière dont le président a traité de vote des français lors du référendum sur la constitution européenne, son refus d'organiser à un référendum sur les retraites, comme le proposait la CGT. Bernard Thibault a accusé Nicolas Sarkozy de "diviser le pays" avec cette annonce et de "livrer en pâture les chômeurs" pour "détourner les regards sur les vraies raisons de la crise". Selon lui, cette annonce vise à stygmatiser les chômeurs, car elle suggère qu'il y aurait du chômage "parce que les chômeurs refuseraient de travailler".

Il s'est donc déclaré surpris de telles déclarations "venant de ce président qui n'a jamais organisé de consultation directe des Français, prétendant avoir toujours raison même quand une grande majorité de la population était contre ses réformes, je pense notamment à celle sur les retraites".

En citant l'exemple de l'usine M-Réal et de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne il a dit: "Les salariés sont à même de démontrer qu'on ne fait pas tout pour maintenir l'emploi et développer l'emploi à partir d'outils industriels performants".


2012-02-10_2823-B.jpg

Nous allons tenter de mettre en ligne dans les prochaines heures, une vidéo prise lors du meeting qui a eu lieu à l'entrée de l'usine, devant plusieurs milliers de personnes, vidéo qui couvre une bonne partie de l'intervention de Bernard Thibault.

Retour à l'accueil