Communiqué de la CES: Non à l’austérité pour tous et aux bonus pour quelques uns

 

"La Confédération européenne des syndicats (CES) appelle à une journée d’action décentralisée le 15 décembre prochain contre les mesures d’austérité et contre les bonus accordés aux traders, bonus qui ont fait des bonds spectaculaires.

 

De nombreux pays ont déjà été touchés par les plans d’austérité et continuent de l’être. Des mouvements de protestation syndicale sont organisés un peu partout en Europe en réaction à ces mesures qui sont corrosives autant pour l’économie que pour les citoyens.

 

Les membres affiliés de la CES organiseront des activités qui revêtiront différentes formes : manifestations, arrêts de travail, grève générale, etc.

 

Toutes les actions n’auront pas lieu le 15 décembre, elles seront organisées en fonction de l’actualité et des obligations des pays concernés. La carte ci-joint donne un aperçu de l’ampleur de la réaction syndicale qui s’organise actuellement à l’échelle européenne. Cette carte n’est pas définitive, elle sera progressivement actualisée"

 

A l'occasion du dernier sommet européen, John Monks, Secrétaire général de la CES, a déclaré : « Nous sommes en désaccord total avec l’analyse qui prévaut au sein de l’UE que l’austérité est la bonne voie pour la relance. En fait, elle pourrait mener à la ruine.

 

Il y a deux ans, les gouvernements de l’UE ont stimulé leurs économies. Mais on entend maintenant le bruit caractéristique d’un brutal passage en marche arrière tandis qu’ils en reviennent à l’orthodoxie financière. Tout le monde s’est engagé dans les réductions, même les salaires réels et les pensions diminuent et cela entraîne une diminution de la demande pour les biens et services. Il s’agit là d’une politique économique procyclique qui risque de conduire à une profonde récession  ».

 

En plus de l’austérité, les projets de gouvernance économique de l’UE sont sévères et punitifs d’une part, mais, d’autre part, peu convaincants et même un peu incroyables. Même compte tenu de l’assouplissement proposé par la France et l’Allemagne, il est difficile de croire que l’Europe puisse d’une manière ou d’une autre condamner un état membre à une amende sans provoquer une crise au sein de l’UE. Si la gouvernance économique signifie seulement sanctions automatiques, cela ne marchera pas.

 

Après la réussite de la Journée d’Action du 29 septembre, la CES et ses affiliés continueront en l’intensifiant leur campagne contre l’austérité. La prochaine étape consistera en un certain nombre d’activités dans toute l’Europe le 15 décembre à la veille du Conseil européen.

 

- La Confédération européenne des syndicats poursuit la protestation contre l’austérité
Retour à l'accueil