Conseil Général de Seine-Maritime: La CGT et la CFDT alertent sur le sous-effectif dans plusieurs UTAS

Conseil-General-76.jpgAu Comité Hygiène et Sécurité (CHS) du Conseil Général de Seine-Maritime, réuni le 5 juin 2014, la CGT et la CFDT ont lancé une alerte sur les sous-effectif chronique dans les UTAS 5 [Pays du Havre, Pointe de Caux] et UTAS 8 [Pays d'Yères et Bresles = Nord du département].

Définition: UTAS= Unités territoriale d'action sociale: en savoir plus sur la géographie des UTAS de Seine-maritime

"Alerte

Le département a adopté, en juin 2011, un budget d’austérité qui a des conséquences directes sur les moyens pour garantir les missions de service public :

  • > Effectifs en berne,
  • > Fermetures de sites,
  • Fusions et mutualisations qui masquent mal
  • > La diminution drastique des moyens pour garantir la réponse du service public à la demande sociale.

En avril 2013, lors de la mobilisation des personnels contre la casse du service public départemental, nous avons imposé avec les agents un CTP extraordinaire au cours duquel vous vous êtes engagés à garantir les moyens pour les missions sensibles du pôle solidarités.

Le 8 juillet 2013 vous faites passer en force 3 fermetures de CMS [Centres Médicaux-sociaux], (4 sont aujourd'hui fermés), 12 « mutualisations », 49 « co-sectorisations », la suppression de permanences et vous annoncez l'arrêt des remplacementsCe sont ainsi 62% des centres médico-sociaux qui sont ainsi percutés, participant ainsi de l'inégalité de traitement sur le territoire et de l'abandon des usagers dans certains secteurs.

(Certes des fonds publics départementaux et parlementaires soutiennent l'ouverture de permanences caritatives comme les « Bébés du coeur » à Petit Quevilly où vous avez fermé un CMS, mais vous n'êtes pas dupe, n'est-ce pas, cela n'a rien à voir avec de la prévention, du soutien à la parentalité et le suivi médical des tout petits)

La baisse organisée des moyens aboutit aujourd'hui à une situation surréaliste, où des agents amènent leurs outils de travail pour pallier l'absence de fournitures (crayons, stylos, trombones! UTAS 7) [UTAS 7= territoire de Caux: secteur de Dieppe]

Vous lancez donc une campagne d’information et de valorisation de l’action départementale au travers, notamment, de ses centres sociaux et médicaux, et invitez les habitants à se saisir des services départementaux.

Nous avons donc une question qui appelle des réponses urgentes : nous demandons que vous garantissiez dès aujourd'hui, dans l'urgence, les moyens pour faire fonctionner ce service public dont, à juste titre, vous soulignez toutes les qualités potentielles par voie d'affichage et de presse.

Sinon, l'information sera à compléter : rapprochez vous du centre médico-social le moins éloigné de chez vous et s'il en reste un d’ouvert !

Il y a, vous le savez, une augmentation importante de la demande sociale compte tenu de la dégradation sociale organisée.

Non seulement les équipes ont besoin de renforts, mais elles ont besoin que les postes prévus pour le fonctionnement quotidien soient pourvus : certains CMS [Centres Médicaux-sociaux]  vont fermer faute de personnel : est-ce là une étape supplémentaire de la mise en oeuvre du plan d'austérité et de la MAPAM dans notre collectivité ?

Les agents de terrain et les cadres alertent, vous le savez, la Collectivité sur cette situation catastrophique qui a déjà conduit à 2 arrêts pour Burn-Out en 2013 sur la seule UTAS 8 !

Concrètement

UTAS 5 [Pays du Havre, Pointe de Caux]: plus d’une dizaine de postes d’infirmiers ne sont plus pourvus

  • 4 postes supprimés depuis 2012, et redéployés.
  • 4 arrêts maladie de longue durée depuis plus d’un an et remplacés par un seul CDD depuis seulement cette semaine !
  • trois secteurs de l’UTAS sont considérés comme particulièrement sensibles au titre de la PMI : Lescène, Brindeau pour les quartiers Sud et Caucriauville. Sur ce dernier secteur, pour exemple, il y avait 5 postes d’infirmiers jusqu’en 2012. Un poste, suite à un départ depuis plus d’un an n’est pas pourvu, deux agents sont passés à 50% sans compensation, un agent est en arrêt maladie depuis plusieurs mois et part en retraite au 1er juillet : cet été, pendant une période, il ne restera qu’un seul agent à 50% pour assurer initialement l’équivalent d’un 500%.
  • — Vous vous rappelez que le personnel de l’UTAS 5 s’était fortement mobilisé en juin 2012 sur cette question des effectifs concernant le secteur social et santé. Aujourd’hui, la situation perdure. Ce n’est pas admissible.

UTAS 8 [Pays d'Yères et Bresles = Nord du département]: actuellement, il manque 14,5 postes !

> 1 poste de CESF

  • groupement de secteur GOURNAY en BRAY- FORGES Les EAUX-La FEUILLIE

> 2 postes de secrétaires :

  • — Site de gestion assistantes maternelles de Neufchatel en Bray
  • — Eu le TREPORT

> 3 postes d'infirmières puéricultrices

  • — La FEUILLIE
  • — AUMALE
  • — Le poste de volante

> 6,5 postes d'assistant de service social,

  • — BELLENCOMBRE
  • — GOURNAY EN BRAY
  • — 2 à EU-Le TREPORT
  • — NEUFCHATEL en BRAY
  • — SAINT SAENS
  • — FORGES les EAUX

> 2 postes de médecin PMI

  • — EU-Le TREPORT

Ces conditions de travail participent à l’altération de la santé de nos collègues et à la dégradation des relations au sein des équipes. C’est de votre responsabilité."

Fin du texte de l'alerte

Deux commentaires de la CGT:

  1. 1- Plutôt que de geindre sur la hausse du chômage, le gouvernement, la Région et le Département ferait mieux d'agir pour l'embauche des chômeurs dans les services de État et des collectivités territoriales ! Il y a trop de travail à l'intérieur ! Il y a trop de chômeurs à l'extérieur ! Embauchez des chômeurs !

  2. 2- La pénurie de médecin est chronique ! Elle a une origine connue: le numérus clausus pour le passage en 2e année d'université ! Le resultat du numérus clausus provoque la baisse régulière de médecins généralistes (Baisse de 4000 médecins généralistes d'ici à 2020 !!), la pénurie de médecins du travail, la pénurie de médecins de PMI ! Question: à quoi servent donc les Ministres de la santé et de l'éducation? 


Retour à l'accueil