De l'usage schizophrénique que l'État fait faire du CICE par La Poste

Emploi-La-Poste-b.jpgLes restructurations à La Poste n’en finissent pas. Depuis sa privatisation, les réorganisations, fermetures de sites, délocalisations, et suppression d’emplois se succèdent à un rythme effréné.

Après avoir rodé pendant des années en zone rurale sa stratégie de suppression de bureaux, le groupe accélère ses coupes dans les effectifs et entame désormais une restructuration radicale de sa présence en zone urbaine.

Parallèlement, alors qu’il détient 70 % du capital de La Poste, l’État fait lui fait mener une véritable politique de Shadoks, doublée d’une hypocrisie terrible à l’égard des agents comme des usagers.

Pensez-donc : après lui avoir versé sans contreparties 297 millions d’euros de crédit d’impôt au titre du Crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE), argent provenant du contribuable, l’État a reçu de La Poste 171 millions d’euros de dividendes sur les 627 millions d’euros de bénéfices nets réalisés par l’entreprise en 2013. Systématiquement présenté par le Gouvernement comme un levier pour l’emploi, le CICE est dans les faits une simple machine à dividendes.

Ainsi, en 2013, La Poste aura diminué de 1,8 % ses effectifs, soit 4500 suppressions d’emplois, alors que le gouvernement prétend — devant les micros — vouloir combattre le chômage et se lamente sur son augmentation continue !

Ajoutons que, parallèlement aux suppressions d'emploi, la précarisation de l’emploi se poursuit au sein du groupe avec la multiplication des CDD, dont la direction de La Poste s’est fait une véritable spécialité depuis longtemps, avec parfois plusieurs centaines de contrats successifs pour un même salarié !

Et que dire également de l’absence de prise en compte par l’actionnaire principal du mal-être et de la souffrance au travail des agents et salariés du groupe. Car l’ensemble des représentants syndicaux de l’entreprise font état de la dégradation sans précédent des conditions de travail et de la pression managériale.

Pour la CGT, la Poste n’est pas une entreprise comme les autres.

Les missions de service public qui lui sont officiellement confiées sont aujourd’hui directement menacées par des stratégies financières tout à fait contradictoires qu'on lui fait décider.

Qu’il s’agisse: 

  1. > du service universel de la distribution du courrier,
  2. > de l’accessibilité bancaire,
  3. > ou du maillage de la présence postale sur l’ensemble du territoire,

...Ces missions sont fondamentales dans un contexte d’explosion de la pauvreté et des difficultés des personnes, et de besoins de proximité et de qualité de service pour tous les acteurs sociaux et économiques.

Comment comprendre par exemple que l’on éloigne toujours plus les personnes les plus en difficultés d’un service aussi indispensable qu’un bureau de poste de plein exercice ?

Les luttes à répétition que mènent de ses salariés — fortement attachés à la qualité du service et amoureureux du "bien travailler" — sont complètement légitimes.

Pour la CGT, l’État actionnaire doit mettre un terme à ces restructurations incessantes, refuser ses dividendes d'actionnaire, et faire utiliser le CICE pour réduire le chômage en décidant un plan d'embauche massif à la Poste !

Retour à l'accueil