Défendre l'enseignement professionnel

L’Intersyndicale de l’enseignement professionnel, dont fait partie la CGT, a publié le 5 décembre un communiqué qui alerte sur les menaces qui pèsent sur cette branche de l'enseignement.  

"Depuis plusieurs mois, différentes déclarations venant du président de la République, du gouvernement, mais aussi de responsables politiques des Régions et de l’ARF, convergent pour demander un développement important de l’apprentissage.

Ainsi, Nicolas Sarkozy a envisagé "la possibilité de rendre obligatoire l’alternance lors des dernières années de préparation au Baccalauréat professionnel et au CAP". Si, pour le président, alternance signifie apprentissage, 250 000 jeunes se verraient imposer ce mode de formation chaque année.

Malgré les aides importantes promises par l’État aux employeurs, et notamment les exonérations de charges qui grèvent le budget de la protection sociale et la politique de communication des régions, qui visent à promouvoir les formations par apprentissage qui sont de leur responsabilité depuis plusieurs années, les objectifs qu’ils se sont fixés ne sont pas atteints.

Les difficultés sont nombreuses :

  • difficultés tant structurelles que conjoncturelles à trouver un employeur ;
  • crise économique ;
  • discriminations sexuelle, sociale, raciste ;
  • ruptures de contrats, etc.

La généralisation de l’apprentissage à des niveaux V et IV ne répond ni à tous les besoins réels de formation initiale ni à la nécessaire élévation du niveau de qualification des jeunes." (...)

 

Lire l'intégralité du communiqué sur le site du syndicat CGT Educ'Action 7627)

Nous ajouterons à ce constat le fait que les employeurs, et notamment les grosses entreprises, n'assurent aucun débouché aux apprentis à la fin de leur cursus et ce malgré le diplôme obtenu. C'est la cas, par exemple, à France Telecom qui, à l'occasion des départs en retraite de ses agents, en profite pour remplacer les emplois CDI par des apprentis, puis de remplacer les apprentis par d'autres apprentis, et ainsi de suite.

Retour à l'accueil