Délit de mendicité agressive

 

L'union départementale CGT de Seine-Maritime communique:

 

"Le gouvernement s’en donne à cœur joie pour stigmatiser la communauté Rom. Sa dernière invention, le délit de mendicité agressive. Il entend certainement punir ces vieilles dames qui nous disent bonjour et continuent de tendre la main pour une petite pièce alors que cela fait au moins trois fois que poliment nous avons répondu non.

 

Oui, Monsieur Besson, nous pourrions partager cette notion de délit de mendicité agressive si elle s’adresse aux véritables coupables que sont les grands patrons.

 

Ne sont-ils pas véritablement agressifs lorsqu’ils tambourinent à toutes les portes des administrations publiques (Etat, Conseil Général, Conseil Régional, Europe…) pour exiger un gros chèque de subventions publiques, en menaçant de licencier si, par le plus grand des courages, les responsables politiques leur refusaient en justifiant que cet argent sera mieux utilisé pour préserver l’emploi et l’entreprise dans d’autres mains que celles des actionnaires avides de dividendes.

 

Dernier exemple en date sur notre région la Société Cooper standard à Bolbec qui va jeter plus de 300 salariés dans les méandres du chômage et de la précarité."

 

Rouen, le 2 septembre 2010

Retour à l'accueil