Dépenses de santé: comment ils veulent faire, sur vous, près de 3 milliards en moins en 2015 ?

Pointage-doigt-03Dans une précédente publication, nous écrivions: "c'est vous la cible" !

Nous avions raison ! C'est bien vous la cible, vous; votre famille; vos enfants; etc. ! Oui, vous, cher lecteur !

La Caisse nationale d’Assurance maladie (CNAM) a présente Le jeudi 3 juillet 2014, 25 propositions destinées à économiser 2,9 milliards d’euros en 2015.

Les dépenses de santé ne devraient ainsi augmenter que de 2,1 %, progression la plus faible depuis vingt ans.

Des économies de 700 millions seraient réalisées en réduisant les dépenses consacrées aux médicaments.

Ceux qui sont jugés coûteux, et peu efficaces, seraient retirés des prescriptions autorisées dans les hôpitaux. Le recours aux génériques serait encouragé : L’Assurance maladie propose de davantage contrôler les médecins qui tendraient à "abuser", lors de la rédaction de leur ordonnance, de la mention "non substituable" (NS) par des médicaments génériques. La Sécu prévient ainsi que "des pénalités financières" pourraient toucher les 592 médecins identifiés comme abusant de cette pratique.

En évitant ou en raccourcissant les séjours à l’hôpital, 326 millions seraient économisés.

10 % des séjours de chirurgie pourraient être transférés de l’hospitalisation totale vers la chirurgie ambulatoire. De façon plus globale, la CNAM estime que 10 % des 5,4 millions de séjours de chirurgie pourraient basculer de l’hospitalisation complète à la chirurgie ambulatoire..

Il est proposé de réduire de 9 à 6 jours les séjours à l’hôpital pour la chirurgie orthopédique et dans 15 à 20 % des cas d’effectuer la rééducation en ville. Gain attendu : 85 millions d’euros.

Pour les accouchements, le séjour moyen en maternité serait envore réduit d’une journée, ce qui permettrait des économies de 405 millions.

Pour atteindre ces objectifs, l’Assurance maladie propose une "mise en commun des établissements, dont un certain nombre ont un niveau d’activité faible" et "la mise sous accord préalable" par le médecin-conseil de la Sécu des hospitalisations complètes là où "la chirurgie ambulatoire est insuffisamment développée".

D’autres mesures concerneraient la réduction du nombre des IRM des membres inférieurs et des examens précédant les anesthésies, ainsi que des économies dans le dépistage et le traitement du cancer du sein et de la dépression.

En fait il ne faudrait plus tomber malade !

  • => Alors que de plus en plus d’assurés sociaux renoncent à des soins nécessaires,
  • => Alors que les personnels des hôpitaux croulent sous les tâches du fait de l’ampleur des sous-effectifs,
  • => Alors que la situation des services d’urgence est de plus en plus difficile,
  • => Ces mesures vont dans le sens d'aggraver encore cette situation !

Plutôt que de s'attaquer aux conséquences, on ferait mieux de regarder les causes: c'est le financement qu'il faut revoir ! Ce qu'il faut c'est une vraie réforme du financement de la Sécurité sociale, que la CGT ne cesse de demander depuis de nombreuses années !

Cible-03.jpgSurtout ne tombez plus malade !

Ou alors, syndiquez-vous CGT pour défendre votre Sécurité sociale contre ses prédateurs !

Retour à l'accueil