Éducation prioritaire: Rassemblement sous la pluie devant devant les Inspections de l’Éducation Nationale (CIO)

C'est sous une pluie battante qu'une quarantaine de militants de la CGT, et son syndicat Éduc'action, de la FSU, et de la FCPE, se sont rassemblé devant les Inspections de l’Éducation Nationale (CIO), Espace Ventabren à Dieppe, pour contester la nouvelle carte de l’Éducation Prioritaire sur le secteur qui prévoit d’exclure de l’Éducation prioritaire les écoles maternelle Delaunay-Laurencin, élémentaire Sonia Delaunay, élémentaire Jules Michelet et les écoles Jules-Ferry et Valentin-Feldmann.

Ils ont poursuivi le rassemblement devant un barbecue installé sous la Halle de la maison des syndicats, place Louis Vitet. 

Si la CGT Educ'action se félicite du retour des écoles maternelle et élémentaire Paul Bert dans le REP+ du collège Albert Camus, c'est le premier résultat de la mobilisation qui ne cesse de s'amplifier depuis le 24 novembre dernier.

Mais le compte n'y est toujours pas.

L'action "Écoles, collèges sans élèves" à l'initiative de la FCPE et soutenue par les organisations syndicales CGT Educ'action, l'Union Locale CGT de la région dieppoise, SNES-FSU, SNUipp-FSU a été massivement suivie dans les 22 écoles dieppoises et celles d'Arques la Bataille. Moins de 30% d'élèves étaient présents en moyenne dans les 24 écoles, et pour 15 d'entre elles, il y avait plus de 80% d'absences. Cela témoigne de la forte mobilisation de l'ensemble de toute la communauté éducative qui dépasse le cadre des écoles directement menacées.

Pour la CGT Educ'action, si le gouvernement a une priorité, ce n'est pas celle de l'éducation, mais bien celle du patronat. 350 millions pour l'éducation... 200 milliards pour les cadeaux aux patronat sous forme d'exonération de cotisations sociales ou encore d'aide dans le cadre du pacte de responsabilité et du CICE !

La Ministre en affichant donner plus à ceux qui ont moins pour compenser les inégalités sociales ne peut se traduire à Dieppe comme ailleurs par des suppressions de Réseaux d'Éducation Prioritaire. Qui peut croire à une amélioration des conditions sociales des familles dans un contexte où le chômage ne cesse d'augmenter depuis des mois, où la précarité se développe, les plans de licenciement se multiplient ?

Pour la CGT Educ'action et l'Union Locale CGT, la mobilisation doit se poursuivre dès la rentrée.

La CGT Educ'action a proposé aux autres organisations syndicales une nouvelle journée de grève en janvier, mais d'ici là, toute la communauté devra être mobilisée car cela concerne tout le monde. Car au delà de la carte de l'éducation prioritaire, ce sont aussi les dotations en postes qui détermineront les moyens pour permettre la réussite des élèves. Or, selon les premières informations, le nombre de piste ne sera pas suffisants et il y a fort à parier que de ombreuses classes, notamment dans les écoles hors éducation prioritaire verront leurs effectifs augmenter de façon importante à 28 voire 30 par classe !

RAPPEL : Réunion publique, jeudi 18 décembre à 18h00 à l'école Sonia Delaunay.

Éducation prioritaire: Rassemblement sous la pluie devant devant les Inspections de l’Éducation Nationale (CIO)
Éducation prioritaire: Rassemblement sous la pluie devant devant les Inspections de l’Éducation Nationale (CIO)
Éducation prioritaire: Rassemblement sous la pluie devant devant les Inspections de l’Éducation Nationale (CIO)
Retour à l'accueil