Emploi : le diplôme reste une valeur sûre pour débuter

 

Lu dans la lettre de l'Ugict

 

La crise que nous subissons depuis 2008 a encore un peu plus creusé l’écart entre jeunes diplômés et non diplômés en termes d’entrée dans la vie active. Même si les jeunes diplômés sont plus touchés par la massification du chômage, ils accomplissent plus facilement le premier pas vers l’emploi.

 

C’est ce que révèle la dernière enquête trisannuelle du Céreq, publiée jeudi 7 avril. Pour les 739 000 jeunes sortis du système éducatif au cours ou à l’issue de l’année scolaire 2006-2007, la conjoncture était initialement favorable, avec un taux de chômage bas, qui leur a même permis d’accéder plus vite à l’emploi que leurs aînés de la génération 2004, indique le Centre d’études et de recherche sur les qualifications.

 

Mais après trois ans de vie active et une crise économique apparue mi- 2008, le taux de chômage de cette génération atteint 18 %, soit quatre points de plus que dans la génération précédente. Dans la génération 2004, 56% des non-diplômés travaillaient trois ans plus tard.

 

Dans le groupe 2007, à peine 49 % des non-diplômés avaient un emploi en 2010, contre 70 % de ceux dotés d’un diplôme du secondaire. Entre diplômés du  secondaire et non diplômés, la différence est de plus de 21 points, alors qu’elle n’était que de 18 points pour la génération précédente.

Retour à l'accueil