Éolien offshore au Tréport : le lourd surcoût sera payé par vous !

eolienne-offshore.JPGLes futurs parcs éoliens offshore de "Dieppe - Le Tréport" et de Vendée devraient gonfler les factures d'électricité des consommateurs de... 654 millions d'euros par an.

D’après une dépêche de l’AFP du mercredi 30 juillet, les deux parcs éolien offshore attribués en mai 2014 au consortium mené par GDF Suez en Vendée et du secteur entre Dieppe et Le Tréport, en Seine-Maritime, entraîneront un surcoût pour les consommateurs de 654 millions d’euros par an, selon le régulateur de l’énergie.

On savait déjà que le coût de l'éolien offshore est deux fois et demi supérieur à celui de l'éolien sur terre et deux fois supérieur à celui du nucléaire, mais, selon cette structure, les charges liées à ces deux projets éoliens représenteraient « un surcoût annuel de 167 euros par MWh produit », qui sera effectif à partir de 2022, date à laquelle les parcs doivent être mis en service.

Ces deux parcs auraient une puissance combinée de 1 000 mégawatts (MW) — soit seulement 66% d'un seul réacteur de centrale nucléaire, et sans sa régularité de production — et devraient permettre de produire 3,9 térawatt-heures par an, a indiqué la Commission de régulation de l’énergie (CRE). 

Qui paiera ? Vous !

En effet, le surcoût éolien sera absorbé de deux manières :

  • 1. Via une taxe payée par les consommateurs sur leur facture d’électricité et instaurée pour financer ces surcoûts assimilés à des missions de service public, et qualifiés comme tels.
  • 2. Par l’obligation faite à l’opérateur historique EDF de racheter l’électricité qu’elles produisent, beaucoup plus cher que le prix auquel les centrales la produise, coût qui est déjà répercuté sur les factures d’électricité, donc payé par vous.

En plus de ne pas créer beaucoup d'emplois locaux, de peser négativement sur la balance du commerce extérieur de la France — puisque les éoliennes sont fabriquées à l'étranger —, de constituer autant d'écueils maritimes dangereux pour la navigation — et donc d'affaiblir encore la position des ports de commerce de Dieppe et du Tréport —, l'éolien offshore risque d'être, au final, qu'une "dangeuse" qui coûtera très cher.

Retour à l'accueil