EVS-AVS : faisons respecter le droit, Gagnons un véritable statut, Non aux licenciements !
Lu sur le site du syndicat CGT Educ'Action 276

Le ministère de l’éducation nationale a toujours recours aux contrats précaires aidés pour financer les emplois d’EVS/AVS répondant pourtant à des missions qui ont démontré depuis plusieurs années leur caractère permanent.

 

C’est vrai pour toutes les missions d’aide au fonctionnement des écoles (accompagnement d’activités éducatives, aide administrative…) comme pour les missions d’aide à l’autonomie des jeunes scolarisés en situation de handicap.

 

L’intérêt et l’efficacité des EVS sont reconnus par les parents et les enseignants mais le caractère précaire de ces emplois aboutit à remettre en cause les missions, à ne pas reconnaître l’expérience acquise.

 

Chaque année ce sont de véritables plans de licenciements qui mettent en difficulté les personnels et les écoles. Au 30 juin, ce seront encore des milliers de personnes qui se retrouveront sans emploi remettant ainsi en cause toutes les activités construites ces dernières années.

 

A cette précarité des emplois s’ajoute à la précarité sociale : les rémunérations des EVS étaient inférieures à 850€, sans aucun accompagnement social. Les contrats annoncés pour la rentrée sur la base de 20 heures aboutiront à des rémunérations inférieures à 600€. Ainsi, l’annonce de près de 100 emplois aidés (et précaires !) nouveaux se traduira en fait par une économie équivalent à 200 postes !

 

Par ailleurs, l’Etat employeur s’est soustrait aux obligations de formation prévues par la loi. Plusieurs tribunaux viennent de reconnaître ces manquements graves en demandant la requalification des contrats en CDI.

 

Nous ne pouvons accepter que la seule solution soit pour ces EVS/AVS de se retrouver au chômage alors que ni le ministère de l’éducation nationale, ni le ministère du travail n’ont rempli leurs obligations d’accompagnement, de suivi, de formation pour favoriser leur insertion professionnelle.

 

C’est pourquoi nous demandons :

  • => l’arrêt des recrutements sous contrat précaire et la reconnaissance des missions des personnels.
  • => la pérennisation de leurs fonctions.
  • Le maintien dans leur fonction de tous ceux qui le souhaitent par une intégration dans de nouveaux emplois publics, une véritable formation pour tous et la reconnaissance des qualifications acquises.
  • => Des rémunérations décentes, le remboursement des frais de déplacement et l’accès à tous les droits sociaux.
  • => La possibilité pour tous ceux qui le demandent d’une formation qualifiante leur permettant une réelle insertion professionnelle

Nous appelons à geler les recrutements nouveaux tant que l’avenir des personnels en poste ne sera pas assuré.


>>> Télécharger la pétition, à retourner à URSEN CGT - Collectif EVS-AVS 76/27 - 26 Avenue Jean Rondeaux - 76 108 Rouen cédex

>>> Signer la pétition en ligne.


Retour à l'accueil