Femmes salariées: S’arrêter pour élever un enfant nuit à la carrière

Lu sur le site de la CGT

Selon une étude Crédoc/Caisse nationale des allocations familiales publiée le 16 février, "les femmes salariées qui interrompent leur carrière pour élever un enfant risquent de ne pas reprendre d’activité ou bien de retrouver un emploi précaire. Les mères ayant interrompu leur activité à la naissance de leur(s) enfant(s) connaissent plus souvent que celles n’ayant pas du tout cessé leur activité des trajectoires professionnelles défavorables entre la naissance de leur dernier enfant en 1998 et 2010" : plus souvent inactives, plus souvent en CDD, plus souvent à temps partiel.
Ces effets sont atténués si l’interruption a été courte et si la mère a bénéficié d’un congé parental, qui a un "effet protecteur" sur l’emploi. Et "les effets à long terme d’une interruption semblent plutôt neutralisés pour les mères au moins diplômées du baccalauréat, salariées d’une grande entreprise ou du secteur public". En revanche, "avec ou sans congé parental, l’interruption d’activité tend à enfermer dans la précarité les mères peu qualifiées qui avaient déjà une insertion professionnelle fragile", résume la Cnaf.

vendredi 17 février 2012, par F. Dayan

Retour à l'accueil