Gel des retraites de plus de 1 200 euros.... Et aumône pour les autres !

Aumône

Les députés ont voté mercredi 2 juillet 2014 le gel des pensions de retraite supérieures à 1 200 euros par mois. Elles auraient dû être initialement revalorisées au 1er avril, puis au 1er octobre.

Tous les amendements d'annulation de gel ont été rejetés !

Dans les faits, cela revient à un gel de 18 mois puisque la date de revalorisation annuelle des retraites avait déjà été décalée cette année d’avril à octobre lors de la réforme des retraites.

Pour la première fois, un gouvernement a donc décidé clairement de baisser le pouvoir d’achat des pensions !!!!

Soulignons que le mécanisme d’indexation actuel, fixé sur l’indice des prix et non plus sur l’évolution des salaires, produit déjà une perte de pouvoir d’achat des pensions par rapport au pouvoir d’achat des salaires d’environ -20 % sur 20 années de retraites.

Par conséquent, la décision du gouvernement rajoute de la perte sur un mécanisme déjà producteur de pertes !

Le gouvernement a assorti cette mesure d’une décision complémentaire : le gel ne s’appliquera pas aux « petites pensions », c’est-à-dire aux retraites ne dépassant pas 1200 euros. Autrement dit, ces dernières « bénéficieront » de la revalorisation au premier octobre.

Que représente cette mesure ? Cela vaut le coup d’évaluer exactement la "générosité" du gouvernement et de sa majorité.

Une première précision, très importante : le niveau de 1200 euros maximum de pension prend en compte la totalité des pensions perçues, tous régimes, y compris les complémentaires.

Une seconde précision : la partie complémentaire de la pension n’est pas concernée par la revalorisation. En effet, certains syndicats (CFDT, FO, CFTC) ont signé un accord avec le patronat qui prévoit une sous-indexation des retraites complémentaires, donc leur baisse de pouvoir d’achat.

Autrement dit, pour un retraité qui perçoit jusqu’à 1200 € maximum de pension (tous régimes) la revalorisation ne s’appliquera que sur la partie retraite de base, soit, en moyenne et pour un salarié du privé, sur les deux tiers de ces 1200 euros, soit grosso modo, 800 euros.

A combien se chiffre cette revalorisation ?

Le taux de revalorisation est de 0,6 % (1,1 % d’inflation prévue en 2014 -0,5 % de différentiel entre la hausse prévue pour 2013 et celle constatée).

Une hausse de 0,6 % appliquée à 800 €, cela donne + 4,8 € mensuels. Et c’est un maximum puisque le calcul s’applique au plafond de 1200 euros tous régimes.

On peut évaluer la dimension de la revalorisation pour la moyenne des retraités concernés, à partir des chiffres du ministère des affaires sociales.

Le gouvernement évalue à 300 millions le coût total, pour 6,5 millions de retraités. Cela fait donc 46,15 € par personne.

Sachant que la mesure couvre 12 mois (octobre 2014 à octobre 2015) soit 46,15 / 12 = 3,85 € par mois en moyenne.

3,85 euros par mois, en moyenne, voilà ce que représente la mesure de préservation du pouvoir d’achat des « petites retraites »

En tout état de cause, cela ne couvre même pas les augmentations de cotisations mutuelles, no la hausse des médicaments !

Ajoutons à cela que, d’après nos informations, il n’est pas du tout sûr que cette maigre revalorisation puisse réellement intervenir au 1er octobre. En effet, la détermination du plafond de 1200 € doit évidemment être individuelle et prendre en compte tous les régimes, de base et complémentaires. Un casse-tête que la CNAV aura des difficultés à résoudre d’ici octobre.

Si, comme cela est possible, la revalorisation n’intervient qu’au 1er janvier 2015, les « petit-e-s retraité-e-s » recevront, avec trois mois de retard, un royal cadeau de Noël de 3,85 € x 3 = 14,40 € !

Prenez date: Les 9 organisations de retraités, qui avaient appelé à la mobilisation du 3 juin ont décidé de rappeler le 30 septembre l’exigence de la revalorisation immédiate des pensions du public comme du privé.

Des rassemblements, manifestations auront lieu devant les préfectures, les chambres patronales.

N'attendez pas pour contribuer à la mobilisation des retraités: syndiquez-vous !

Retraités, le gouvernement et le patronat veulent "vous tondre la laine sur le dos" ! Après l'augmentation de la TVA, l'augmentation des cotisations mutuelles, la baisse des prestations santé, etc. le gel des retraites n'est qu'un début ! Défendez-vous, il est temps !

Rejoignez les section syndicales de retaités de votre ancienne corporation ! Contactez l'union locale CGT la plus proche, ou l'Union départementale CGT de votre département ! N'attentez pas  ! Ne restez pas spectateurs !

Retour à l'accueil