L’émergence d’un ministère de l’Industrie pharmaceutique

déclaration de la Confédération CGT:


"Près de 800 millions d’euros pour acheter des vaccins, un programme de vaccination ayant déjà généré près de 2,5 milliards d’euros de dépenses. Mais quel est le rôle du Ministère de la santé ?


Est-ce d’être au service de l’industrie pharmaceutique ? La question peut se poser !


Plusieurs éléments parmi d’autres sont particulièrement troublants : non transparence des contrats passés avec les laboratoires pharmaceutiques, prise en charge par l’Etat de toutes les complications liées aux vaccins, prix surévalués pour des produits essentiellement livrés en flacons multidoses dont la fabrication est beaucoup moins onéreuse, refus de prendre en compte à temps la nécessité d’une seule injection.


On évoque aujourd’hui des négociations avec les laboratoires pharmaceutiques pour définir les indemnités à leur verser du fait du renoncement à la livraison de 50 millions de doses.


Notre champion français, Sanofi-Aventis, engrange déjà près de 8 milliards d’euros de profits pour un chiffre d’affaires de 25 milliards d’euros. Belle rentabilité sur un marché dont les ressources proviennent essentiellement de la Sécurité sociale.


Comment accepter que Sanofi-Aventis engrange de tels bénéfices et prévoit par ailleurs de supprimer dans le même temps 1 300 emplois et de fermer 4 centres de recherche en France.


La Cgt demande donc que toute la clarté soit faite sur ce dossier et que tous les éléments, notamment financiers, soient rendus publics dans les meilleurs délais.


Montreuil, le 7 janvier 2010"

Retour à l'accueil