Hâtons le retour des HLM (Habitations à Loyer Modéré) !  

Les HLM auraient eu 100 ans en 2012 !

H, L, M : trois lettres qui, au fil des décennies, se sont ancrées dans l’imaginaire hexagonal, évoquant des images aussi différentes que des quartiers neufs aux immeubles cubes, tours ou barres, mais aussi l'accès au « confort moderne » pour les salariés des années 1950, 1960, et 1970, à la place de l'entassement dans les logements insalubre des centre villes.

Par exemple à Dieppe, la démolition du quartier insalubre de Saint Jacques au Centre-ville, au début des années 1970, est allé de pair avec la construction de la dernière tranche de HLM à Neuville-les-Dieppe. Elle a précédé la construction des HLM dans les quartiers Saint-Jacques et du Val Druel qui, lui, a été terminé dans les années 1980 (Les immeubles et les rues du quartier du Val Druel se sont vus attribuer des noms de révolutionnaires en perspective du bi-centenaire de la Révolution Française de 1989).

Ces trois lettres, HLM renvoient à un concept de logement confortable à prix accessible pour tous les salaires; ce concept a 100 ans cette année.

Car le HLM c'était aussi la solidarité, la convivialité, la vie de village… dans ces quartiers neufs et ces villes nouvelles,

Aujourd'hui le terme "HLM" est délibérément remplacé par le terme "logement social": pourquoi ?

Ce terme a l'avantage, pour ceux qui l'emploie et le valorisent, d'effacer et de faire oublier le cœur de cette notion: la modération du loyer.

Le "logement social" est donc aujourd'hui un terme "fourre tout" qui a été popularisé en parallèle  le remplacement de "l'aide à la pierre" par "l'aide personnalisée au logement"(APL). L'aide à la pierre était une subvention à la construction, ce qui permettait d'en réduire le coût et l'usage des emprunts bancaire, avec comme conséquence l'ouverture à des loyers modérés.

Ce basculement de mode de financement est la véritable origine de la ghettoïsation de certains quartiers, car la hausse des loyers de bases, compensée par des aides aux logements pour les familles avec enfants, les y a concentré et entassé, et, en conséquence, y a détruit la mixité sociale.

Car depuis la création de l'APL le prix les loyers de base a explosé, faisant disparaître les loyers modérés, et interdisant le confort moderne aux plus pauvres.

Oui le "Logement social" a tué le "HLM": aujourd'hui les jeunes ménages sans enfants aux revenus même modestes ne peuvent plus y accéder à partir du moment où elles ne sont pas éligibles à l'APL. D'ailleurs, dans les vingt dernières années, les offices d'HLM ont fait disparaître ces trois lettres H, L, M de leur nom ou leur sigle comme affichage de leur forfait.

S'ajoute à cela le siphonnage du 1% logement vers la spéculation et le gadget politicien (exemple: la maison à 100 000€), qui a obligé les bailleurs HLM à faire appel aux banques et à leurs taux d'intérêts élevés pour financer les constructions, et la boucle sera bouclée.

Tout cela fait qu'aujourd'hui la question du logement est redevenue l'une des préoccupations premières des Français.

Alors, fêtons les 100 ans des HLM pour en revendiquer le retour, dans ce qu'il y a de premier dans le concept: le loyer modéré !


 
Retour à l'accueil