L’espérance de vie sans incapacité des femmes proche de celle des hommes

(Source: agence fédérale d’information mutualiste - Afim)

Les hommes vivent moins longtemps que les femmes mais l’écart d’âge entre les espérances de vie sans incapacité des femmes et des hommes est faible: ce constat est valable aussi bien pour l’ensemble de l’Union européenne que pour la France, selon des données publiées le 19 avril par l’Institut national des études démographiques (Ined).

En 2009, l’espérance de vie sans incapacité (ESVI) s’établissait à 61,3 ans pour les hommes de l’Union européenne, soit « près de 80 % de leur espérance de vie à la naissance (76,7 ans) », et à 62 ans pour les femmes, soit « les trois quarts de leur espérance de vie à la naissance (82,6 ans) », détaille l’institut.

Autrement dit, « alors que l’écart d’espérance de vie (EV) entre les hommes et les femmes atteint près de 6 années (5,9 ans) dans l’Union européenne en 2009, l’écart d’espérance de vie sans incapacité (EVSI) atteint à peine une demi-année (0,7 an). »

Les résultats sont similaires pour la France, qui partage avec l’Espagne le record d’Europe en matière de longévité des femmes : leur espérance de vie était en 2010 de 85,3 ans, contre 78,2 ans pour les hommes vivant dans l’Hexagone.

Vous aurez remarqué que, question retraite, le recul de l’âge légal de départ en retraite (62 ans) coïncide globalement avec l’espérance de vie sans incapacité des femmes et des hommes. Pour les promoteurs de la réforme Sarkozy-Fillon, il s'agissait bien de créer les conditions d'exploiter les hommes et les femmes jusqu'aux limites de leurs forces.

Mais, comme les femmes sont plus nombreuses à ne pas pouvoir prétendre à une retraite sans décote à l’âge légal de 62 ans, on peut dire que la réforme Sarkozy-Fillon leur a infligé la double peine d'être obligées de travailler jusqu’à 67 ans, c'est à dire d'aller bien au delà de l'espérance de vie sans incapacité.

Leur calcul tordu a-t-il été de récupérer les 6 années d'espérance de vie au profit des exploiteurs ?

Quel progrès social !!! Il y a urgence à rétablir la retraite à 60 ans, sans décote !

Retour à l'accueil