La CGT avec les Egyptiens

 

Après quinze jours de manifestations, une grève générale et un nouveau rassemblement le 8 février de plusieurs centaines de milliers de participants le peuple égyptien poursuit courageusement sa lutte afin d’obtenir le droit à une vie décente, le droit à la dignité, à la liberté et à la justice sociale.

 

Des milliers de fonctionnaires ont entamé des grèves dans tout le pays. Des grèves suivies par des centaines de personnes ont éclaté à travers tout le pays, notamment parmi des fermiers, des employés de musée et de l'électricité au Caire, qui exigent du pain, des augmentations de salaire ou un changement de direction. 

 

A Suez, la grève générale s'étend. Environ 5.000 employés de diverses entreprises d'Etat ont manifesté sur leurs lieux de travail respectifs. A Assiout, dans le centre-est du pays, 8.000 manifestants en grève ont jeté des pierres sur le gouverneur.

 

http://img.over-blog.com/300x262/2/29/61/10/02-Articles/02-Fevrier/61240371.jpg 

 

La CGT a salué la création le 30 janvier de la fédération égyptienne des syndicats indépendants qui est une réponse au rejet du syndicat officiel et à l’impossibilité depuis de nombreuses années d’avoir une représentation démocratique sur le lieu de travail.

 

Cette nouvelle organisation s’est fixée comme revendications, le droit au travail, un salaire minimum, une indemnisation du chômage, des retraites décentes ainsi que des mesures dans les domaines de la santé, du logement et de l’éducation.

De plus, elle exige la libération de tous les manifestants emprisonnés et annonce la création dans toutes les entreprises de comités civils chargés de protéger les lieux de travail.

 

Depuis le début du mouveùent en Egypte, comme depuis le début du mouvement en Tunisie, la CGT a rendu hommage et a exprimé son soutien et sa solidarité aux travailleurs en lutte.

Retour à l'accueil