La Poste : le scandale des jetons de présence

 

Le conseil d’administration de La Poste a fixé à 230 000 euros par an le montant des « jetons de présence » qui doivent désormais être alloués aux administrateurs du groupe public. La décision d’octroyer ces jetons de présence sera entérinée lors d’un vote en assemblée générale  des actionnaires le 27 avril.

 

Alors que les conseils d’administration se réunissent plutôt rarement les « jetons de présence » sont l’une des plus sûres combines des plus riches vers l’accroissement de leur richesse. Ils sont très convoités, et pour cause. La Poste glisse donc dans cette ornière mortifère pour le service public.

 

Pendant ce temps là, les usagers-clients galèrent parce que l’on réduit les emplois et l’on ferme les bureaux.

 

« Un scandale de plus à La Poste », a estimé vendredi 8 avril la FAPT-CGT. « Avec l’arrivée des nouveaux actionnaires, les dérives vers la mise en place d’une société du CAC 40 s’accélèrent à La Poste ».

 

Dénonçant un « système pervers qui ne concerne que certains individus fidèles défenseurs du système capitaliste », la CGT estime que « la décision de s’octroyer des jetons de présence est un véritable scandale dans une période où il est demandé de plus en plus de sacrifices à des postiers en souffrance ».

Retour à l'accueil