La revalorisation des salaires est la priorité absolue des salariés.

On s'en serait douté, mais c'est mieux quand c'est vérifié: pour 76% des salariés, la revalorisation des salaires est la priorité absolue  ! C'est ce que nous révèle le sondage Louis Harris Interractive publié dans l'Humanité Dimanche de cette semaine, à l'occasion de la préparation du 1er mai 2011.

Derrière cette priorité absolue des salariés, ceux-ci placent en deuxième position la défense de l'emploi à 72%. Suivent la protection sociale des salariés à 70% et la santé au travail à 61%.

Pour arracher cette priorité absolue de revalorisation des salaires, ils souhaitent à 74% que les organisations syndicales se mettent d'accord sur les revendications afin d'être plus efficaces.

80% des sondés trouvent préférables qu'elles agissent sur les dossiers sans attendre la présidentielle de 2012.

 

Cette attente confirme la prégnance de cette question du pouvoir d'achat, au moment où l'Institut national de la statistique (Insee) révèle que les prix ont augmenté de 1,4% en deux mois (février et mars 2011). Cette augmentation des prix est extrêmement sensible à la pompe où le prix de l'essence atteint des niveaux record, mais aussi dans le panier de la ménagère du fait de l’attitude des groupes de l’agroalimentaire et de la distribution. Ces multiples hausses, dont les niveaux sont bien supérieurs à ceux de l'inflation, touchent les consommateurs dans leurs dépenses quotidiennes les plus essentielles : la voiture, le chauffage, l'électricité et le gaz, l'alimentation. Ce sont évidemment les ménages modestes et les classes moyennes, qui les ressentent le plus vivement

Dans l'immédiat, par un effet mécanique de la loi, l'augmentation de l'inflation pourrait entraîner automatiquement une revalorisation de 2% du Smic en juin ou en juillet. Mais cela ne veut aucunement dire que les autres salaires vont bénéficier de la même augmentation. Ce sondage doit donc faire réfléchir les "pressés du stylo", c'est à dire ceux qui sont prêt à signer n'importe quoi et dans l'urgence. Les salariés veulent une véritable revalorisation du pouvoir d'achat "parce que ce n'est plus possible de vivre avec les salaires actuels" ! Cela passe donc par des accords salariaux qui revalorisent réellement les salaires, c'est à dire qui assurent une augmentation des salaires au moins égale à la hausse des prix, et qui contiennent des clauses de sauvegardes en cas d'accélération de la hausse des prix.

Sans attendre que les choses se décident "en haut", il est important de s'organiser en bas dans les services et les entreprises: pour que l'Unité d'action se réalise, il faut des salariés qui prennent leurs affaires en main: syndiquez-vous !

Retour à l'accueil