Le 23 mars, ensemble, imposons d’autres choix !

Gouvernement et patronat veulent aujourd’hui faire voler en éclat l’acquis social du droit à partir en retraite dès 60 ans au motif que nous vivons plus longtemps.

Pourquoi faudrait-il qu’un tel progrès de société ne bénéficie pas à l’amélioration des conditions de vie ?

Faut-il accepter de travailler plus longtemps quand tant de jeunes sont exclus du monde du travail ?

A la sortie du sommet social à l’Elysée, les organisations syndicales ont affirmé : « le gouvernement n’a apporté aucune réponse concrète sur l’emploi, les salaires, le pouvoir d’achat, les conditions de travail et les politiques publiques ».

Elles ont donc décidé d’appeler à la mobilisation pour le 23 mars. Elles « affirment leur volonté d’agir pour que le débat sur les retraites prenne en compte l’ensemble des questions tant au niveau du privé que du public, notamment le niveau des pensions, l’emploi, le financement, la pénibilité, le code des pensions et la réduction des inégalités. »


Pour la CGT, la bonne réforme est celle:

  • qui protège er assure le droit à un départ à la retraite dès 60 ans,
  • avec, pour une carrière complète, un revenu de remplacement équivalent au moins à 75% du salaire net d’activité
  • et au minimum au niveau du smic.
  • Celle qui garantit la solidarité entre les générations, entre les professions dans le cadre du système par répartition.
Une mauvaise réforme serait une réforme qui confirait les cotisations retraites des salariés aux spéculateurs et aux banques: non à la spoliation que nous prépare le gouvernement !

Une mauvaise réforme serait une réforme qui reculerait l'âge de la retraite !

Défendons la retraite à 60 ans !

Pour sortir de la crise, préparer l’avenir, financer la protection sociale et les retraites, relancer la consommation des ménages, il faut augmenter les salaires (notamment porter le SMIC à 1600 euros bruts), garantir, préserver les emplois et le tissu industriel.

Les profits réalisés début 2010 atteignent les records historiques de 1998. Ils sont confortés par la destruction des emplois et les sacrifices imposés sur les salariés.

C’est par le travail de millions de salariés que secréent  les richesses de notre pays.

Sortir de la crise, préparer l’avenir, conforter nos services publics, assurer le financement des besoins sociaux, des retraites demande un autre partage de ces richesses.

Sans attendre, collectons partout les revendications des salariés dans les ateliers et les services, mettons les en forme, et déposons les auprès des directions.

Il y a urgence ! Mobilisons ! Mobilisons !
Tous en grève et en manifestation le mardi 23 mars !

Dès à présent, prenons rendez-vous à 10h30 devant la gare SNCF de Dieppe


Retour à l'accueil