Le gouvernement gonfle son bilan en matière de logements sociaux

Lu sur le site de la CGT Logement

Patrick Doutreligne, porte-parole de la Fondation Abbé Pierre, réagit pour LaVieImmo.com aux derniers chiffres du financement de la construction de logements sociaux en France, dévoilés cette semaine par le secrétaire d’Etat au Logement.

Diriez-vous, vous aussi, que 2011 a été une année « une année exemplaire » pour le logement social ?(LaVieImmo.com)

Patrick Doutreligne : Exemplaire en termes de quoi ? Rien dans les chiffres présentés hier ne justifie un tel enthousiasme - si ce n’est la méthode Coué. Un peu plus du tiers des 120 000 logements annoncés sont des PLS [logements HLM financés à l’aide d’un prêt locatif social, NDLR], uniquement accessibles dans les faits à des ménages qui gagnent près de fois trois le SMIC. Soit en réalité des logements intermédiaires, nécessaires, mais qui ne répondent pas aux besoins en logements sociaux. La ficelle statistique est un peu grosse, mais habituelle… Ce qui l’est moins, c’est la prise en compte, pour la première fois, des logements financés dans les départements d’outre-mer – 7 900 au total…

En quoi cela est-il gênant ?

Patrick Doutreligne : Parce que c’est un moyen pour le gouvernement de gonfler artificiellement son bilan : non seulement les DOM n’étaient pas comptabilisés jusqu’à cette année, mais surtout le total annoncé intègre les opérations d’accession à la propriété, qui sortent du périmètre du logement locatif social et n’ont donc rien à faire là… On retrouve le même genre de passe-passe qu’avec la comptabilisation, en 2009, des logements sociaux cédés par la foncière Icade. Le fait de communiquer sur les financements et non la construction de logements sociaux autorise le gouvernement à dire un peu ce qu’il veut.

Selon vous, combien de logements sociaux ont été financés en France l’année dernière ?

Patrick Doutreligne : Un peu plus de 75 000, en ne retenant que les PLAI [logements financés à l’aide d’un prêt locatif aidé d’intégration] et les PLUS [logements financés à l’aide d’un prêt locatif à usage social], qui sont les seuls logements véritablement sociaux. Mais là encore, attention ! On ne connaît pas le détail des logements estampillés PLAI. Or depuis quelques années, cette catégorie regroupe les chambres construites dans le cadre de structures collectives, telles les maisons de retraite et les résidences pour étudiants ou personnes handicapées. Donc, là non plus, pas des logements sociaux à proprement parler... Je crois qu’il convient de relativiser les annonces du gouvernement : on construit effectivement plus de logements sociaux qu’au début des années 2000, mais pas dans les proportions annoncées. Et non, l’effort n’est pas encore suffisant !

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre - ©2012 LaVieImmo.com

Retour à l'accueil