Le prix du timbre à la hausse pour satisfaire l'appétit des actionnaires

La fédération Cgt Fapt communique

La Poste vient d’annoncer une nouvelle augmentation du prix du timbre qui passe de 0,58 euros à 0,60 euros au 1er  juillet 2011 avec deux nouvelles offres de courrier au 1er octobre 2011. Une nouvelle hausse qui s’ajoute à celles déjà subies dans la période et pénalisera encore plus le pouvoir d’achat de tous.

Cette nouvelle hausse de + 3,45 % est la 6éme augmentation depuis la loi de dérégulation des activités postales de 2005.

Alors que le groupe La Poste vient d’enregistrer des bénéfices exceptionnels pour 2010 à hauteur de 550 millions d’euros, rien ne justifie une telle annonce, sinon la volonté de répondre aux attentes des nouveaux actionnaires.

Rappelons en effet que la Caisse de Dépôts et Consignations souhaite que son investissement dans le capital de La Poste puisse offrir une perspective de rentabilité pouvant s’élever jusqu’à 15 %, comme à TDF.

Cette augmentation doit participer également à la réalisation de l’objectif que s’est fixé La Poste de multiplier sa marge opérationnelle par 2,2 et d'augmenter son chiffre d'affaires de 7% à près de 22 milliards d'euros d'ici 2015.

La preuve est faite, comme le dénonçait la CGT, que la loi de 2010 transformant la Poste en société anonyme et la suppression du monopole de la lettre de moins de 50 grammes qui finançait le service universel ne font qu’accentuer les choix de rentabilité financière au détriment du service public tout en pénalisant la très grande majorité de la population.

En proposant la lettre en J+2, La Poste redécouvre au 21ème siècle le fameux vers de Boileau « Hâtons nous lentement ! » et avance l’argument écologique alors qu’elle n’hésite pas à supprimer les trains postaux et de nombreux  centres de tri départementaux, ce qui met toujours plus de camions sur les routes.

Enfin, en proposant la lettre en ligne via internet en J+1 (quel exploit !) au tarif prohibitif de 0,99 euros pour une page noir et blanc, La Poste développe sa stratégie de recherche de bénéfices importants.

Avec les augmentations de tarifs, les suppressions d’emplois, les modifications de statuts des établissements postaux, le développement des boîtes cidex, les restructurations etc … La Poste est en avance sur son propre plan ambition 2015 au détriment du Service Public et au prix d’une dégradation des conditions de travail, d’une généralisation des horaires de travail  atypiques et d’un mal vivre qui se développe dans les services.

L’avenir de La Poste n’est pas dans la recherche de dividendes à distribuer aux actionnaires, mais dans la réponse à apporter aux besoins de la population et aux postiers.

Retour à l'accueil