Le ras-le-bol des prof du LP du Treport

lu sur le site leherissonkipik.

Grève du 31 janvier 1012, Lycée professionnel Le Hurlevent au Tréport

90% du personnel enseignant était en grève le 31 janvier 2012 et faisaient le piquet aux portes de l’établissement. Ils ont adressé un courrier à la Rectrice déplorant la DHG attribuée à leur établissement. Ils dénoncent une logique purement comptable en matière de cartes de formation.

La répartition est pédagogiquement inapplicable et ils sont dans l’incapacité totale de remplir leur mission au sein de l’école de la République. Ils sont indignés du fait que le nombre d’heures supplémentaires année soit quasiment équivalent à 2,5 postes d’enseignants. Ils refusent d’assurer ces heures supplémentaires et ils réclament la restitution des heures postes, soit 55 h.

Cette situation résulte d’ailleurs de la suppression des classes de CAP à la rentrée 1012 et du fait que la classe de première Bac Professionnel Cuisine et commercialisation des services en restaurant n’ait pas été ouverte en septembre 2011 en dépit de leur demande.
Comme convenu lors de leurs entretiens avec le Rectorat, ils ont maintenu leurs effectifs dans leur établissement. A cela, s’ajoute l’obtention d’excellents résultats aux examens  de la session 2011.

Ils signalent à la Rectrice que la nouvelle disposition sera à l’origine de la dégradation de la qualité de l’enseignement au détriment de la réussite des élèves déjà en grande difficulté scolaire et sociale.
Ils rappellent que la force de leur lycée a toujours résidé dans le suivi individuel des élèves.
Il s notent que la nouvelle répartition de la Dotation Horaire Globale entrainerait une précarité économique et psychologique chez les collègues concernés.

Bilan sur le terrain : 

1 poste supprimé (lettre-histoire-géo)
3 postes précaires ( lettre-anglais – EPS – Arts Plastiques)

Une direction de mauvaise foi :

  • - Lors de l’inauguration des infrastructures, l'administration  a salué la qualité du matériel. Mais depuis que la chasse a commencé, le rectorat  justifie les suppressions au nom d’un matériel non conforme et dépassé !!! Le plateau technique ne seraient donc plus adapté à la filière du CAP d’où son extinction programmée ! Mais  … cela n’empêche pas les I’administration d’envoyer des élèves de l’extérieur pour passer les épreuves techniques du CAP, alors, il faudrait savoir.
  • - Une des exigences du rectorat pour le sursis de la DHG était  les effectifs. Or les élèves sont bien là et à taux constant, orientés de fait vers un bac-pro. Il est à remarquer que le fait de supprimer la filière CAP implique une baisse des effectifs au CAP égale à 0 !!! Logique non ?
  • - Tous les élèves voulant s’orienter vers  « restauration » n’ont pas forcément l’envie de faire un bac-pro. Quand on pense au nombre de restaurants au Tréport, on se demande bien ce qui se passe dans la tête des technocrates. A moins que les administrateurs se contrefoutent du devenir des élèves ? Ha non, ça ce n'est pas possible ! A moins que les administrateurs n'aient à l'esprit qu'un souci de rentabilité ? Ha non, ce n'est pas possible non plus !
  • - Les élèves seraient même en franche augmentation si l’autorisation du recrutement pouvait se faire au collège de Mers-les-Bains, situé à 2 km à vol d’oiseau, mais … en Picardie, Frontière qui apparait apparemment pour l’administration plus difficile à franchir que la ligne de démarcation.

 

Retour à l'accueil