Les avocats appellent à la grève le 26 juin pour défendre l'aide juridictionnelle

2014-06-26-justice-avocats-magistrats-greve.jpgD'après l'AFP

Cette aide permet aux individus aux modestes moyens de bénéficier de conseils juridiques. Mais sa réforme ne convainc pas le Conseil national des barreaux.

Le Conseil national des barreaux (CNB), qui représente les 60 000 avocats de France, les a appelés mardi à une «grève nationale totale» le 26 juin à propos du financement de l’aide juridictionnelle (AJ), qui permet aux particuliers les plus modestes de bénéficier d’une prise en charge des honoraires d’avocat et des frais de justice.

Alors qu’une réforme du financement de l’AJ avait déjà été reportée au début de l’année suite notamment à la grogne des avocats, le CNB, qui regroupe les 161 barreaux de France, dénonce le fait que la chancellerie n’a «retenu aucune des propositions de la profession et poursuit au contraire sa réflexion tendant à instaurer une taxe scandaleuse sur le chiffre d’affaires des cabinets d’avocats».

Une première journée d’action sur l’AJ avait eu lieu le 5 juin, touchant environ la moitié des barreaux sous diverses formes. Le président du CNB, Me Jean-Marie Burguburu, avait été reçu à la chancellerie mais avait dénoncé «l’absence de propositions concrètes de la part du ministère de la Justice sur la réforme de l’aide juridictionnelle alors que les arbitrages budgétaires sont sur le point d’être rendus». Le CNB avait alors averti qu’en l’absence de propositions ministérielles avant son assemblée générale des 13 et 14 juin il envisagerait de nouvelles actions.

Les avocats évoquent aussi un manque de moyens plus général.

Les différents barreaux décideront de la forme que prendra la nouvelle journée de protestation dans leur ressort. La profession, qui réclame aussi la revalorisation de l’AJ, propose notamment de l’abonder par des «financements complémentaires» et la création d’un «fonds d’aide juridique», ainsi qu’un plus grand recours aux assurances.

Les principaux syndicats de magistrats avaient apporté leur soutien au mouvement des avocats de début juin, dénonçant outre la réforme de l’AJ le manque de moyens plus général de la justice. Le gouvernement veut réformer l’AJ pour lui trouver un «financement pérenne» après la suppression, au nom d’un meilleur accès à la justice, par la ministre Christiane Taubira du droit de timbre de 35 euros pour engager une procédure, qui servait notamment à financer cette aide.

S'ajoute à cela la poursuite de la mobilisation pour défendre les tribunaux, qui concerne tout le monde !

Alors, tous ensemble le 26 juin ?

A Dieppe le rendez-vous est à 10h00, place Louis Vitet !


Retour à l'accueil