Les marins de la SNCM sont en grève pour leurs emplois: Ils ont raison, nous les soutenons !

Car-ferrie-Transmanche.JPGCommuniqué de l'Union locale CGT de Dieppe

Depuis le 24 juin, les marins de la SNCM sont en grève avec la CGT et l’intersyndicale, avec l’appui de la CGT des portuaires et de l’UD CGT 13.

Ils veulent que les « engagements » du gouvernement soient tenus :

  • - La commande de 4 bateaux aux Chantiers navals STX de Saint Nazaire.
  • - La publication d’un décret « État d’accueil » qui obligerait les armateurs et Corsica Ferries à respecter le Droit français, avec des contrats de travail français pour ses marins.

Les armateurs de Corsica-Ferries contournent le Droit du travail français.

C’est une brèche ouverte qui menace tous les marins, à Dieppe et ailleurs, c’est une menace pour tous les salariés. D’autant plus qu’avant la Conférence sociale, le Premier Ministre et le MEDEF affirment haut et fort qu’il faut, avec le Pacte social baisser le « coût du travail » et liquider le Code du travail.

Les marins de la SNCM défendent 2600 emplois directs face à Transdev (filiale de Veolia) et face au gouvernement.

A Dieppe, la population garde en mémoire la manière ignoble dont l’Etat a traité les marins. La privatisation des ferries et la déréglementation se sont traduites, il y 20 ans à Dieppe par un désastre sur l’emploi.

  • > Des centaines de marins dieppois ont perdu leur embarquement et ont du s’expatrier dans le Nord et jusqu’en Belgique pour continuer à naviguer.
  • > Les familles ont été écartelées.

Aujourd’hui, la ligne Dieppe-Newhaven est toujours menacée, comme d’ailleurs l’ensemble des liaisons transmanche.

Les patrons veulent imposer des salaires toujours plus bas, toujours moins de réglementation, même si cela entraîne toujours moins de sécurité.

L’Union locale de Dieppe affirme sa solidarité totale avec la grève des marins de la SNCM, leur combat est le nôtre.

Nous exigeons face au gouvernement et au patronat :

  • - Défense du Code du travail contre le « Pacte » Valls-MEDEF.
  • - Le secrétaire d’État au Transport Cuvilier doit répondre aux revendications des marins de la SNCM pour garantir les 2600 emplois.
  • - Il est temps que l’État et le Conseil général de Seine-Maritime(les institutions régionales et/ou locales)s’engagent pour pérenniser les ferries à Dieppe. Ce qui signifie aussi prendre toutes dispositions pour aménager les horaires de dessertes pour les voyageurs et faire en sorte qu’une publicité digne de ce nom soit effective tant au niveau des touristes que des transporteurs

 

Retour à l'accueil